Copyright : Eric Durand

 

Corinne Zarzavatdjian est auteure et comédienne. Elle est seule en scène dans son spectacle « Zarzavatdjian, un nom à coucher dehors » tous les samedis à 17h30 au théâtre Le Mélo d’Amélie à Paris. La mise en scène est de Thierry Beccaro. Cette femme raconte son parcours empreint de péripéties, de situations cocasses où les décalages culturels sont présentés comme une véritable richesse. Son spectacle est un hommage à sa famille et à ses racines arméniennes. Il y a beaucoup d’émotion mais aussi d’humour dans les différents tableaux présentés.

 

https://www.lemelodamelie.com/evenements_et_pieces/zarzavatdjian-un-nom-a-coucher-dehors/

 

Pour découvrir son univers :

https://www.facebook.com/corinne.zarzavatdjian

 

 

 

Corinne Zarzavatdjian est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de son interview. Je la remercie de sa confiance et de sa gentillesse. J’ai été touchée par sa sensibilité.

 

 

 

Crois-tu aux vies passées ? Au karma ?

Oui, ce qu’on a été.

 

Tu crois qu’on a une part de ce qu’on a été avant ?

J’y crois. Je crois aux signes, aux messages qui arrivent devant nous. Je crois aux âmes des personnes qu’on a aimées et qui nous guident, j’en suis convaincue.

 

Tu penses qu’elles nous guident à travers les signes notamment ou ce n’est pas forcément la même chose ?

Elles sont là tout le temps avec moi. Elles m’accompagnent.

 

Tu leur parles ?

Oui, on est connecté !

 

Lors de la première, tu as senti la présence de tes parents ?

Oui, j’étais secouée.

 

Tu les vois aussi parfois ?

Oui… je les imagine.

 

Tu es médium ?

Non je ne crois pas que je sois médium mais j’ai une hypersensibilité, je capte les émotions des gens. Je m’écoute de plus en plus.

 

Du coup tu crois à la vie après la vie ?

Oui.

 

Que signifie la mort pour toi ?

J’y ai été confrontée avec le départ de mes parents, ça m’a beaucoup retournée. J’ai beaucoup de mal avec la mort, je l’accepte mais c’est vraiment douloureux.

 

Le fait de pouvoir sentir leur présence n’est-il pas rassurant ?

Oui c’est rassurant. Je sais qu’ils seront toujours là pour moi, je sais qu’ils m’accompagnent. Je sens leur bienveillance.

 

De nature, tu vis plutôt dans le passé ou tu es du style à te projeter dans le futur ? Ou réussis-tu à vivre dans l’instant présent ?

Maintenant j’avance. J’essaie de ne plus regarder dans le rétroviseur. Vivre dans le passé développe une mélancolie. Ce texte que j’ai écrit me libère.

 

C’est une guérison ?

Non mais je suis obligée d’avancer. Je suis obligée de me projeter.

 

C’est un bel hommage à ta famille.

Oui absolument.

 

C’est un beau cadeau que de l’assumer.

De le défendre aussi, de le mettre en lumière et de le faire pour toutes les personnes qui sont dans cette situation.

 

Tu lis dans le marc de café. Raconte…

J’ai un don, je lis dans le marc de café.

 

Ça se passe comment ?

Je fais le café dans une bouilloire orientale. Je mets l’eau, le sucre et le café. Une fois le café bu, tu retournes la tasse, tu laisses sécher. Ensuite, tu vas voir apparaître dans le fond de la tasse et sur les parois des symboles. J’interprète ces dessins. Ça donne lieu à des soirées cocasses.

 

Tu pratiques ça régulièrement ?

Je le fais avec des amis quand on me le demande après un dîner. On passe un bon moment, c’est sympa.

 

Tu le fais pour toi aussi ?

J’ai du mal. Je n’arrive pas à lire ma tasse.

 

Tu crois à la voyance ?

Oui parce que je me trompe rarement.

 

C’est ta maman qui t’a transmis ce don ?

Non, c’est ma tante qui vivait dans le Sud de la France qui lisait dans le marc de café. Ça se transmet comme ça mais il faut avoir une sensibilité particulière.

 

 

 

Découvrez la partie féerique demain…

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-1-5/

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-2-5/

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-3-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram