Portrait d'Elina Vorger                                     Couv de Et si j'étais plus

 

ELINA VORGER est thérapeute et auteure. Ancienne championne de ski, elle quitte tout pour un voyage initiatique à l’autre bout du monde. À son retour elle change de vie pour accompagner les personnes en quête d’éveil. Son livre Et si j’étais plus vient de paraître aux éditions Jouvence. Ce bel ouvrage vous livre des clés pour mieux vous connaître.

 

https://www.etsijetaisplus.com/

 

Découvrez son univers :

https://www.elinavorger.com

 

Cette semaine, Elina Vorger est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Nous avons échangé par téléphone et par mail. Je la remercie de sa confiance et de sa disponibilité. Nous nous sommes probablement déjà rencontrées dans une autre vie tant nos énergies vibrent aux mêmes sonorités. Chaque jour, je partagerai avec vous une partie de son interview.

 

 

Tu évoques le karma à plusieurs reprises et notamment à travers ton témoignage sur ta claustrophobie. Peux-tu nous raconter comment tu t’es libérée de cette angoisse ?

Oui, j’ai eu très souvent à régler des problématiques présentes créées par des traumatismes passés dans cette vie ou avant cette vie !

Il y a quelques années par exemple, je suis devenue claustrophobique. Du jour au lendemain, je ne pouvais plus respirer dans un endroit si je n’avais pas de possibilité de sortie…

L’angoisse s’est peu à peu transformée en véritable panique, jusqu’à ce jour, ou enfermée dans un avion, j’ai vraiment cru mourir.

Cela m’a poussée à investiguer sur la cause réelle de cette alarme, et de descendre en méditation profonde pour revivre… ma naissance ! Je me suis revue sortir de ma maman, ma belle, ma si douce maman que j’aimais tant. Mais là, horreur, deux gros gants blancs me prennent et me coupent d’elle, m’arrachent à elle pour m’enfermer deux étages plus bas dans une caisse !

Je me souviens avoir cru mourir, avoir paniqué à l’idée que ma mère perdait son bébé et avoir hurlé pour que l’on me ramène à elle. Mais rien n’y a fait, c’est vraiment stupide, des gants !

En méditation, j’ai donc pu imaginer « entrer » dans la scène en question, pour rassurer le bébé et l’amener voir sa maman. J’ai ainsi pu reposer le bébé apaisé dans sa couveuse, certain du lien éternel avec sa mère, même si elle n’est pas directement à côté de lui.

Je suis revenue à la réalité, et je n’ai plus jamais depuis, fait de crise de claustrophobie.

 

Nous traversons de grandes turbulences énergétiques. Quels conseils donnerais-tu pour les accueillir au mieux ?

Effectivement depuis déjà quelques années, les temps changent ! Cela semble encore s’être accéléré ces derniers mois. C’est comme si la Terre et l’humanité essayait de se « réveiller », comme si les anciens schémas dépassés nous remontaient en pleine figure pour être enfin dépassés…

Mon conseil est d’ouvrir les bras, et recevoir ces épreuves le plus possible avec joie, courage et foi car à la fin, si l’on tombe, c’est pour mieux apprendre à marcher.

 

Nous arrivons à la partie féerique de cet entretien. Que signifie pour toi le bonheur ?

Le bonheur c’est mon fils de trois ans, Matti. Un petit ange tombé du ciel qui m’aide à voir le divin et l’amour en chaque chose. Là où moi je suis encore bloquée dans mes cases « d’adulte », lui par un sourire, une caresse, un regard, parvient à me ramener à cette innocence merveilleuse, à cette évidence : tout est magique !

 

Aurais-tu une recette à partager ?

Ma petite recette du bonheur, c’est justement d’essayer de regarder la vie comme un nouveau-né. Comme si nous venions de naître, là, en cet instant précis, et que nous découvrions le monde pour la première fois. Il y a tant à voir, tant à ressentir, tant à découvrir, tant à partager !

 

Et la joie ?

La joie est un peu pour moi, comme la cerise sur le gâteau. On ne peut pas « décider » d’être en joie, mais on peut tout mettre en œuvre pour qu’elle puisse « s’inviter » au sein de notre vie trop bien rangée…

Par exemple se garder du temps pour soi, enchanter son quotidien avec de petits riens (mais qui font tout !), passer des instants volés à l’éternité avec les gens que nous aimons, nous laisser inspirer par une musique ou un livre, oser finalement juste être nous… oser simplement la vie !

Voilà, c’est peut-être ça la joie : oser être soi.

 

Mes amies les petites fées ont un message à te délivrer. Acceptes-tu ?

Oh que oui ! Même si à travers toutes tes questions et ce cheminement magique que tu as tracé pour moi, elles ont déjà exaucées beaucoup de mes vœux…

 

Merci. Je vais te demander de choisir un chiffre entre 1 et 12. 

12 bien-sûr.

 

                                 

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

 

 

Elles sont bien présentes (rires).

 

Si tu avais une baguette magique, à quoi te servirait-elle ?

À donner à l’extérieur tout cet Amour Infini que j’ai à l’intérieur et que je ne veux plus garder pour moi seule…

 

Pour conclure, je te remercie de ton authenticité. Que représente pour toi la gratitude ? Es-tu démonstrative ou plutôt pudique dans ta façon de témoigner ta reconnaissance ?

C’est moi qui te remercie Valérie. Tu es une véritable fée de lumière. Tu as tracé dans cette interview tout un chemin féérique. Grâce à toi j’ai osé m’affranchir de mes peurs de me dévoiler… grâce à toi j’ai pu sortir mes ailes et m’envoler.

Merci, du plus profond de mon âme, pour l’être exceptionnel que tu es.

Du coup, au vu de ce que je viens d’écrire, je pense que je n’ai pas de gros problème à témoigner ma gratitude aux gens que j’aime et qui m’inspirent…

 

Très touchée par tes mots, infiniment reconnaissante. Merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA