Finaliste de la dernière saison Le Meilleur Pâtissier émission diffusée sur M6, Gabriella est créatrice culinaire dans le cake design. Cette jeune femme pétillante est passionnée par ce qu’elle fait. Ses yeux s’illuminent dès qu’elle vous parle de pâtisserie et de cake design.

 

Vous pouvez suivre ses créations sur sa page Facebook :

https://www.facebook.com/gabriellaboiteasucrelmp6/

et sur Son blog : https://www.gabriellaboiteasucre.com

 

J’ai rencontré Gabriella à l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe où nous avons passé un doux et féerique moment. Elle est mon invitée des « Douceurs de l’âme ». Je la remercie de sa simplicité et de sa gentillesse.

 

 

Comment peut-on vous présenter ?

Depuis la fin de l’émission, je suis toujours une acharnée de travail, je veux toujours me dépasser, je suis toujours aussi difficile avec moi-même. Je suis stricte avec moi-même et dans le travail.

 

Quel est votre parcours ?

Je suis passionnée depuis petite, ce qui me rendait dingue c’était la déco des gâteaux. Avec le temps et l’adolescence, je n’ai pas du tout était dans cette voie-là. À 21 ans, quand j’ai eu mon premier appartement, je me suis mise à faire des gâteaux, et encore des gâteaux. J’ai reçu de beaux cadeaux, un robot de cuisine… À partir de ce moment-là, j’ai multiplié mes recettes, je n’ai pas arrêté de pâtisser et ensuite je me suis passionnée pour le cake design, la déco sur les gâteaux en pâte à sucre, le sculptage, la peinture. Tout d’un coup, c’est un côté plus artistique, ce n’est plus du tout de la pâtisserie fine. Je me laisse complètement aller dans mon univers à travers mes gâteaux. J’ai été sélectionnée pour l’émission et depuis ma vie a changé. Je suis devenue créatrice culinaire dans le cake design et dans la pâtisserie. Je suis très heureuse.

 

Vous proposez des ateliers également ?

Oui mais je n’en fais pas au mois de juin parce que je passe mon CAP de pâtissier et je préfère me concentrer sur mes examens. J’ai fait ma pratique le 14 mai dernier et les écrits sont les 7 et 8 juin. Et puis je repasse un concours début juillet alors je me focalise là-dessus.

 

Que représente pour vous la pâtisserie ?

Maintenant c’est toute ma vie. C’est quelque chose qui me canalise énormément. Quand ça ne va pas, je me réfugie dans la pâtisserie. Et puis tout le monde sait que le chocolat fait du bien au moral alors quand je ne me sens pas très bien, je fais des gâteaux au chocolat. J’ai beaucoup de choses dans la tête alors j’aime me laisser aller comme ça. Le sport m’aide aussi.

Le cake design me procure beaucoup de plaisir et je laisse ma créativité s’installer. On pense souvent que le cake design c’est une génoise  avec de la crème mais pas du tout. Je mets des inserts dans mon cake design, je mets des croustillants, du craquounet, beaucoup de saveurs. Je passe beaucoup de temps à les faire. Après quand on met cette pâte à sucre blanche sur un gâteau extrêmement droit, c’est comme une toile blanche. On fait exactement ce que l’on veut. Parfois on est déçu un peu comme un peintre ou un sculpteur et parfois on est super content. Je n’ai jamais autant de plaisir que quand je peins ou quand je crée des choses ou que je sculpte la pâte à sucre.

 

Il faut combien de temps pour réaliser un cake design ?

Ça dépend mais quand je fais ce que j’ai vraiment envie, je peux mettre 4 jours sur un gâteau. Le premier jour, je vais commencer à sculpter des petits personnages ou des fleurs… tous les éléments qui vont aller sur mon gâteau. C’est ce qui m’anime. J’adore faire de la pâtisserie mais c’est en gourmandise, je n’arrive pas à m’exprimer de la même façon quand je fais de la petite pâtisserie. Ma créativité s’exprime plus sur le cake design.

 

Je vais vous demander de m’associer des gâteaux à des mots aux notes féeriques.

 

La joie, que représente-t-elle pour vous ?

C’est un état que j’aimerais avoir en permanence. Il y a des fois où ça ne va pas et il y a d’autres moments où l’on a ce trop plein de joie, et j’aimerais que ces derniers soient plus souvent présents dans ma vie.

Le Paris-Brest symbolise la joie. C’est mon dessert préféré. J’ai appris à le faire et à le refaire, à le retravailler grâce au CAP. Du coup, maintenant que je sais le faire, c’est encore plus intense. Ça me procure trop de joie ! C’est vraiment un dessert que j’aimais acheter dans des grandes pâtisseries parce qu’ils sont toujours travaillés d’une façon excellente.

 

La première fois que vous en avez mangé vous étiez petite ? C’est pour ça que ça vous met en joie, c’est un souvenir d’enfance ?

Non mais c’est l’un des premiers desserts que j’ai appris à faire quand j’ai appris à faire la pâte à choux. Et puis j’adore le praliné.

 

L’abondance ?

Je trouve que dans notre société on est beaucoup trop dans l’abondance. On veut toujours trop. Ca ne m’évoque pas vraiment un côté féerique au contraire. Je trouve que si on essayait d’être un peu plus simple, on serait peut-être plus heureux.

 

J’entends ce que vous dites et je l’associerais plus à une surconsommation. Mais de mon point de vue, l’abondance signifie que l’on a tout à portée de main et que tout est déjà là. La nature et l’univers nous offrent tout ce dont on a besoin si on sait être attentif à tout ce qui nous entoure et effectivement nous n’avons pas besoin de cette surabondance…

Du coup, auriez-vous un dessert qui représenterait cette simplicité ?

Une tarte aux fraises sans hésiter car c’est juste une pâte toute simple avec de la farine, du beurre, des fraises que l’on pourrait avoir dans notre jardin et une crème des plus basiques. J’adore faire ce dessert mais de la façon la plus simple sans chercher à ajouter des pistaches par exemple.

 

La féerie ?

C’est quelque chose que je mets dans chacun de mes gâteaux. Quand je fais des personnages, ils ont toujours de grands yeux. J’aime mettre des paillettes, des couleurs. Je crois que pour m’évader d’un monde un peu dur où il n’y a pas assez de magie, je mets cette féerie dans mes gâteaux. Je suis également très fantastique. C’est pour ça que je veux prendre le temps lors de mes créations car je souhaite développer une gamme de gâteaux plus fantastiques que féeriques. Je trouve que c’est très important d’avoir de la féerie sinon c’est triste.

 

N’est-ce pas un moyen de se connecter à son âme d’enfant ?

Ah si complètement. Je suis une grande enfant, j’ai 27 ans, j’ai la tête sur les épaules, je sais qu’il faut travailler dur pour avoir ce que l’on veut mais en même temps j’ai trop besoin d’être toujours joyeuse, de voir tout ce qu’il y a de beau dans n’importe quoi. Je peux me balader et m’émerveiller devant un paysage.

 

Quel gâteau proposeriez-vous ?

Ce serait plus en cake design mais il n’y a pas vraiment de nom. Je verrais un gâteau avec de la peinture, beaucoup de couleurs et avec des parfums très frais. J’aime beaucoup la fraise mélangée à la verveine ou de la mûre mélangée au romarin. C’est une fraîcheur en bouche, c’est génial. Les couleurs violette, verte et la fraîcheur me rappellent complètement la féerie.

 

La grâce ?

C’est quelque chose que j’aimerais avoir plus souvent. Ça m’évoque tout de suite les ballerines. Je n’ai jamais fait de danse mais c’est un rêve d’enfant.

J’aime beaucoup la pavlova, c’est un dessert à base de meringue et de fruits rouges. Quand on le regarde, c’est un dessert qui ne semble pas structuré mais au final quand on le mange, c’est tellement bon et bien équilibré. C’est super fondant.

 

Si vous deviez composer un menu qui symboliserait la tendresse…
En entrée, ce serait un carpaccio de Saint-Jacques avec un petit coulis de fruits exotiques qui remonterait un peu cette douceur de la Saint-Jacques.

En plat, un risotto de spaghettis aux champignons.

En dessert, un moelleux au chocolat. Il n’y a pas plus tendre qu’un moelleux au chocolat. C’est l’un de mes desserts sur assiette préféré. Quand on le coupe, ça coule au milieu et encore mieux si c’est du caramel au beurre salé à l’intérieur.

C’est un repas lourd mais plein de tendresse.

 

Et si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

J’enlèverais toute la misère du monde, les guerres…

Je ferais en sorte que ma mère parte en retraite très vite ainsi que mon père et qu’ils soient heureux.

Ensuite, je ferais en sorte d’avoir un énorme salon de thé où je pourrais faire mes pâtisseries, du cake design de folie avec un labo pour créer de nouvelles choses.

 

 

 

                 Logo Renaissance

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA