Couv "le feu de l'esprit"                                Portrait Gregory Mutombo

 

 

Gregory Mutombo est auteur, conférencier, artiste. Son deuxième livre « Le Feu de l’Esprit » vient de paraître aux éditions Guy Trédaniel. Cet ouvrage est une déclaration d’amour à la Vie.

https://www.amazon.fr/feu-lesprit-Lultime-effort-faire/dp/2813216852/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1526122655&sr=8-1&keywords=gregory+mutombo

 

Découvrez :

 

Son univers :

http://gregorymutombo.com

 

La bande-annonce de son documentaire « Ce que nous sommes », réalisé par Florence Dottin, qui sera projeté dans de grandes salles de cinéma à partir du 24 septembre :

https://vimeo.com/265731488

 

Gregory Mutombo avait été l’un de mes invités de « Douceur & confidences », émission diffusée en 2016. Il nous présentait son premier ouvrage « La symphonie des âmes ».

https://www.dailymotion.com/video/x529e1s

 

 

Cette semaine, il est mon invité des « Rencontres féeriques ». Chaque jour, vous découvrirez une partie de son interview. Nous nous sommes revus au bar de l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe. Je le remercie de sa confiance et de son authenticité.

 

On va arriver à la partie féerique de cet entretien. On a déjà évoqué beaucoup de choses mais pourrais-tu nous définir la joie et le bonheur ?

J’ai pas mal écrit sur la joie et sur le bonheur. Chacun a sa propre idée du bonheur en l’amenant sur des points extérieurs. Je parle assez peu du bonheur même si j’ai participé à une interview « C’est quoi le bonheur pour vous ? »

 

De Julien Peron ?

C’est ça. Je l’ai ramené à la notion de responsabilité. Tant que tu te défausses de l’expérience, tu scindes ton expérience entre ce que l’autre semble te faire et ce que tu vas faire aux autres pour être en joie, tu te coupes de cette joie-là ou de ce bonheur. Tant que tu crois que ton bonheur ou que ta joie réside dans un facteur extérieur, quand il disparaît, ta joie disparaît avec. Cette joie-ci est un état instable qui tient de l’illusion. On revient toujours à la même chose. Est-ce que je vois l’amour en toute chose ? Si je ne vois pas l’amour en toute chose, je vais osciller. Je vais être joyeux puis triste… Une joie de surface, sentimentale, fluctuante. Reprendre pleinement conscience de notre nature originelle et de la responsabilité qui est nôtre de par la vibration qu’on émane, c’est à mon sens la seule voie qui nous assure la permanence de la joie.

 

La joie, je la ramène à l’âme d’enfant parce que les enfants sont dans cette effervescence permanente.

 

Les petites fées ont un message à te délivrer. Acceptes-tu ?

Oui (rires).

 

Je te laisse choisir une carte.

 

                                  

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

Il n’y a pas de hasard.

 

L’extrait lu du livre à portée de main parle de l’association que j’ai eue pendant dix ans, et de l’opération « Juste un sourire ».  Pour ma part, j’y vois le lien avec la joie, le sourire, la vie. Mais je sens que ça ne te parle pas.

Quand je tire des trucs comme ça, souvent il ne se passe rien, car pour moi l’éclairage est intérieur. Quand on parlait de reprendre son pouvoir, je disais « aucune influence extérieure ». Ça met en lumière, ce que je disais tout à l’heure, lorsqu’il y a total renoncement  à cette sorte d’inspiration horizontale, il n’y a plus de sens donné aux signes. Je ne donne aucun pouvoir aux signes parce que tout est signifiant.

 

C’est intéressant parce qu’on a un point de vue différent. Dans ma vie, il y a énormément de synchronicités. Tu en parlais quand tu disais que les choses se mettaient en place, s’alignaient.

Mais la synchronicité est là tout le temps puisque c’est vibratoire. La vibration n’est pas inscrite dans le temps.

 

Oui mais certains signes n’apparaissent qu’à un certain moment et pour moi, certains défunts nous adressent des messages.

Il y a les synchronicités qu’on voit et celles qu’on ne voit pas. En vérité, tout est toujours synchrone…

 

Tu veux dire qu’on est donc plus attentif à ce moment-là ?

Oui, c’est ça. L’univers ne s’arrête jamais. C’est vrai tout le temps. Il y a les conjonctions qui vont nous apparaître parce qu’on va focaliser dessus notre attention. Tout n’est que lumière. Si je focalise ma conscience sur des points particuliers, je sélectionne les choses donc je donne de la particularité à la vie. J’offre la même présence au chauffeur de taxi, aux gens qui viennent à mes séminaires, à mon fils.

Le Divin est en toute chose, c’est infini, c’est éternel. Il y a une vraie libération quand la notion de séparation a disparu.

 

J’entends ce que tu dis mais mes expériences avec l’invisible me montrent une autre conception des signes. (sourires)

 

Dans ton livre, tu parles de la gratitude.

Encore une fois la gratitude n’est pas dirigée vers un événement particulier ou vers quelqu’un, c’est un état qui reconnaît que tout converge vers cette réalisation de l’amour. La gratitude n’est pas une technique, c’est un état qui voit en toute chose, et en tout le temps une bénédiction. On pourrait se dire qu’on n’en a pas besoin puisque c’est tout le temps. Pourquoi on s’incarne ? C’est justement pour ça, pour la rendre réelle. En dépit de conditions, de circonstances qui peuvent paraître complètement à l’opposé de l’amour lui-même, y voir l’amour tout de même. C’est ça la gratitude. Le jugement va m’empêcher de vivre la gratitude, je perds cet émerveillement et je choisis de concevoir mon existence et ce que je suis depuis une vision séparée. L’ego croit que s’il renonce à cette idée de séparation, il va se dissoudre dans le Tout. Il va disparaître en tant qu’entité donc il s’accroche, en particulier dans la voie spirituelle.

 

Si tu avais une baguette magique, à quoi te servirait-elle ? (sourires)

On peut enlever le si car on est tous porteur de cette baguette magique. C’est quoi cette baguette magique ? C’est la possibilité de changer de regard. La magie opère lorsqu’on passe d’un choix de vision séparée, de voir la peur, le doute, l’angoisse à celui de voir l’amour en toute chose. Ça ne va pas changer les choses, ça ne va pas transformer une inondation en sécheresse, simplement j’arrête de voir un drame et d’interpréter les situations selon des notions de bien et de mal. Beaucoup veulent conserver la possibilité de juger et voudraient, via leur baguette magique, initier une transformation. Mais cela est là non pas pour être changé mais pour que toi , intérieurement, tu changes.

 

Je te remercie de ce lumineux moment, je remercie Caroline et toute l’équipe de l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe de nous avoir reçus chaleureusement.

 

 

 

  Logo Renaissance                               

 

 

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA