Laurence Baranski est auteure, coach et conseil, spécialiste des processus de changements. Son dernier livre La mort n’est pas la fin – Aux frontières de la science et de la spiritualité vient de paraître aux éditions Flammarion.

 

https://www.amazon.fr/mort-nest-pas-fin-spiritualité/dp/2081471027/ref=sr_1_2?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&crid=1U7TRME4GW3T7&keywords=laurence+baranski&qid

=1552578756&s=gateway&sprefix=laurence+ba%2Caps%2C129&sr=8-2

 

 

Pour découvrir son univers :

https://laurencebaranski.com

et

https://www.facebook.com/Laurence.Baranski.Coach

 

 

Nous nous sommes rencontrées sur le plateau de BTLV, il y a quelques semaines, lors d’une émission présentée par Bob Bellanca. Vous pouvez voir ou revoir le live :

https://www.youtube.com/watch?v=CKacAe4RSkw

 

 

Laurence Baranski est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de son interview. Je la remercie de ce moment de partage et de son authenticité.

 

 

 

Effectivement tu dis que tout est énergie, tout est vibration, que les mots que nous employons quotidiennement vibrent également et que c’est important de faire attention au langage qu’on veut utiliser…

Absolument et si j’utilise un langage de dualité, quelque part je crée un champ énergétique et une réalité énergétique de dualité. Je referme le système. Si je mets un mot de lumière en ouverture, je crée un chemin d’ouverture, je crée vibratoirement un chemin d’ouverture. On a oublié que tout n’est qu’énergie y compris les mots que nous écrivons ou que nous prononçons. Ces mots vont venir colorer, construire notre réalité. C’est important de faire attention aux mots.

 

J’aime aussi ta façon de parler de l’ego. Il peut être notre ami comme notre ennemi. Il a sa place, il nous aidés à nous construire mais il nous amène aussi vers ces peurs, ces doutes… L’âme doit rester aux commandes finalement.

L’ego c’est classiquement notre personnalité, c’est l’ensemble de nos désirs non résolus sur la Terre. Notre ego n’a qu’une envie, c’est de vivre les désirs, ce qui conduit souvent à des tensions quand tout le monde veut vivre ses désirs en même temps, et qu’en plus ces désirs sont contradictoires. L’âme, ou conscience, esprit, chacun va employer le terme qui lui convient, est beaucoup plus légère. Elle est sur ce chemin de lumière. Elle est lumière. J’aime considérer que notre ego est notre ami. On a besoin d’un ego sur Terre parce que le champ vibratoire terrestre est ainsi, tout comme nous avons besoin d’un habit pour sortir. Notre ego c’est notre habit énergétique qui nous permet de garder notre unité dans ce monde terrestre. Dans ce monde vibratoire qui est agité où il y a beaucoup de dualité, j’ai besoin de mon ego. Mon ego me protège. Il est juste nécessaire que je ne me fasse pas happer par les désirs et la fougue de mon ego afin de rester centrée. Si je reste centrée et que je relativise mon ego, je dompte la part trop primaire et spontanée en moi. Mais en même temps, mon ego est mon ami parce que je prends conscience de mes désirs grâce à lui, je peux ainsi les relativiser, ne pas me laisser dominer par eux, ne pas plonger tête baissée et inconsciemment dans leur satisfaction. Mon ego me montre mes limites, il m’invite à grandir. Mon ego, c’est les frontières que je dois dépasser pour grandir à moi-même, pour grandir en conscience.

 

Comment parvient-on à trouver un équilibre entre la place de l’ego et écouter son âme ? Est-ce essentiellement par la méditation (je ne parle pas uniquement de la méditation assise en position du lotus mais de se retrouver avec soi-même) ?

Certains choisiront cette voie-là, d’autres choisiront d’autres techniques, et puis d’autres encore opteront seulement pour la simplicité de la vie, l’ouverture du cœur, la générosité. C’est le fait de rechercher cette simplicité qui nous permet d’adoucir notre ego, et qui nous rapproche de notre âme.

 

C’est aussi une façon de se poser dans l’ici et maintenant et de lâcher prise ?

Absolument. Je crois que la clé, et j’en fais mon enseignement au quotidien, c’est d’apprendre à vivre dans l’ici et maintenant. Quand ça ne va pas, que j’ai des soucis, je me pose cette question « Est-ce que dans l’instant ça va ? Oui dans l’instant ça va très bien. »  Donc tout va parce que seul l’instant existe. C’est une gymnastique physique, intellectuelle, émotionnelle, et spirituelle. Pour vivre dans l’ici et maintenant, chacun trouvera sa technique.

 

Se faire confiance et faire confiance à la vie sont-elles des clés pour trouver la paix notamment au moment du passage ?

Plus on se fait confiance, plus on fait confiance aux dimensions élevées de soi-même, alors plus on fait confiance à la vie. Au-delà du mur de lumière, la vie ne s’arrête pas. Si on croit et qu’on intègre cette notion, alors on comprend que la mort va être seulement un passage. Autant nous avons replié nos ailes de lumière quand nous sommes nés, autant nous allons les redéployer au moment de la mort. La conscience est immortelle et la vie ne veut que notre bien. C’est notre ego qui nous trompe.

 

Au moment de ce passage, tu dis qu’il y a une chose essentielle, c’est l’amour. Du coup que représente l’amour pour toi ?

L’amour est cette force invisible qui est porteuse de cette magie qui nous relie, qui nous donne le sentiment de nous relier, d’être unifié. L’amour est comme une énergie magique qui nous fait du bien dans le cœur. Quand on dit qu’on est amoureux, on s’élève. L’amour est une force qui nous élève et nous rapproche de notre véritable nature.

 

Quelle amoureuse es-tu ? Pudique, démonstrative ?

Je suis une amoureuse intériorisée. Je suis une amoureuse par le sourire parce que quand je me connecte à ces plans-là, à ma fraternité de lumière, je me mets à sourire, je sais que mes yeux sourient aussi et je souris intérieurement. Pour moi l’amour, c’est le sourire intérieur.

 

Quels conseils pourrais-tu donner aux internautes pour appréhender ce changement de conscience que nous traversons et qui ne se fait pas forcément dans la douceur ?

Je vais reprendre la phrase d’Elisabeth Kübler-Ross, une femme médecin qui a été la première en Occident à s’intéresser à la mort. « Peu importe ce que vous faites, faites-le avec amour ». Faire le chemin de l’amour, écouter son cœur. On est tous confronté à des situations nouvelles chacun dans nos vies, on est confronté parfois à des situations difficiles, on est confronté à des choix. Notre tendance, parce que le monde est ainsi, est de nous demander avant toute chose ce qui est raisonnable ? Qu’est-ce que je dois faire ? Et c’est important d’être raisonnable, il faut être dans le principe de réalité. Mais le conseil de l’au-delà, c’est d’écouter notre cœur, d’écouter ce qui nous rendra le plus heureux. Notre âme n’a qu’une envie, c’est de nous rendre heureux. Que nous dit notre cœur ? Si la vie devient difficile, tant qu’à faire autant prendre le chemin le plus amoureux.

 

Découvrez la dernière partie demain…

 

Retrouvez les article précédents :

http://valeriemotte.com/laurence-baranski-1-5/

http://valeriemotte.com/laurence-baranski-2-5/

http://valeriemotte.com/laurence-baranski-3-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn