Louis Bertignac est un artiste au parcours incroyable. Il a marqué les années 80 avec son groupe de rock Téléphone. Le succès de la tournée des Insus démontre bien qu’il reste dans le cœur des français mais les mots me manquent pour présenter un si grand musicien.  Son album solo Origines est sorti le 16 novembre dernier, jour où je l’ai interviewé.

 

Pour suivre son actualité :

www.bertignac.com

 

Louis Bertignac est mon invité des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de notre échange. Je le remercie chaleureusement de sa disponibilité, de sa simplicité et de sa générosité.

 

 

 

Et le bonheur ? On en parle beaucoup… Quelle est votre définition ? Faites-vous une différence entre le bonheur et la joie ?

Non je ne crois pas. Pour moi, c’est un peu la même chose. Il y a plusieurs types de bonheur. On peut dire que je suis un homme heureux évidemment parce que j’ai vécu plein de choses que j’estime belles et celles que j’estime moches, j’en suis presque fier de les avoir surmontées.

 

C’est ce que vous me disiez…

Je suis encore plus fier des trucs moches que j’ai vécus parce que j’ai failli me perdre et je ne me suis pas perdu.

Le bonheur peut se retrouver dans des instants fugaces… Je peux dire que je suis un mec heureux parce qu’il y a plein de trucs qui se sont bien passés. À mon avis, il faut se forcer à être heureux. Il faut se pousser. Avec les mêmes ingrédients, on pourrait être malheureux ou heureux. Il vaut mieux évidemment  voir le verre à moitié plein…

 

Si vous aviez une recette du bonheur à partager…

Regarder le verre à moitié plein. Toutes les choses qui pourraient vous marquer, influer sur votre bien-être, il faut se débrouiller pour les faire glisser sans trop attendre. C’est l’expérience. On peut vite s’engouffrer dans une angoisse, un flippe. Depuis longtemps, il me semble avoir compris que mon cerveau est un muscle comme les muscles que j’ai dans la jambe. Je peux être victime de mon cerveau et il n’est pas question que je le laisse faire, que je le laisse m’abîmer même si lui est victime d’autre chose.

 

Nous arrivons à la partie féerique de cet entretien. Mes amies les petites fées ont un message à vous délivrer, acceptez-vous ?

Avec plaisir.

 

Je vais vous demander de choisir une carte.

 

                                

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

 

Symboliquement je trouve ça trop fort. Je dirais qu’il y a deux lectures.

Oui après tout ce qu’on s’est dit même en off.

 

Elles sont gentilles mes amies les fées…

C’est beau ! Elles sont cool avec moi.

 

Et si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

Que ça continue comme ça sans trop s’altérer parce que je ne vais pas me plaindre, j’ai une vie merveilleuse.

Si je pouvais retirer le sifflement de mon oreille, ce serait cool mais finalement ce n’est rien. Que ma douce, que mes enfants, que mes potes et que tout le monde soient heureux !

 

Je vous remercie infiniment de cet entretien. Est-ce que vous prêtez attention à la gratitude ?

Oui c’est important.

 

Vous êtes pudique, démonstratif ?

Je suis un peu pudique mais j’arrive à dire merci même si je ne le dis pas forcément tout de suite. Quand une personne a été sympa ou m’a apporté quelque chose, je ne vais pas la remercier de suite car je préfère réfléchir à la plus belle manière de lui dire, à soigner le remerciement.

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/louis-bertignac-1-5/

http://valeriemotte.com/louis-bertignac-2-5/

http://valeriemotte.com/louis-bertignac-3-5/

http://valeriemotte.com/louis-bertignac-4-5/

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn