Crédit photo : Thomas Graindorge

 

Stéphanie Jarroux est une artiste dans l’âme. Cette maman dynamique est comédienne, auteure et art thérapeute. Elle est actuellement sur la scène de la Comédie des Trois Bornes à Paris dans une nouvelle version de son spectacle Bio et Barge, Tofu la semaine, mojito le week-end !

 

Découvrez son univers : http://stephaniejarroux.fr

Et le lien du TEDx : https://www.youtube.com/watch?v=XKiI1bdUryM

 

Pour réserver vos places : https://www.billetreduc.com/218712/evt.htm

 

 

Elle est mon invitée de la semaine. Chaque jour, vous découvrirez une partie de son entretien. Nous nous sommes retrouvées dans le 6èmearrondissement où nous avons partagé une « Rencontre féerique ». Stéphanie m’a touchée par sa fragilité mais aussi par la passion qui l’anime. Je la remercie de sa simplicité, de son authenticité et de sa sincérité.

 

 

 

Est-ce que toutes les épreuves traversées t’ont permis de te poser plus dans l’instant présent ?

Ces expériences ne m’ont pas rendu plus sage. L’instant présent, j’y suis dans certaines situations, l’intimité, avec les enfants, sur scène. La scène m’apprend à être dans l’instant présent.

 

C’est aussi lâcher prise car les deux sont liés.

Complètement mais j’ai encore du chemin.

 

Ça se cultive tous les jours et la méditation quotidienne m’y aide vraiment.

 

Est-ce que ta petite Stéphanie te parle ?

Je l’ai faite parler en thérapie.

 

Que te dit-elle par rapport à ton cheminement ?

Elle s’exprime vraiment dans le jeu sur scène. Elle recolle peut-être un peu les morceaux.

 

Parviens-tu à la câliner, à la rassurer ?

C’est très dur pour moi. Rien que d’entendre ça, ça me bouleverse parce que j’ai beaucoup de mal à lui dire que je l’aime, que je la trouve belle, que je trouve qu’elle a été une petite fille courageuse. Alors que pour mes filles, il n’y a pas un jour où je ne leur dis pas que je les aime, que je les encourage. Ça ne m’empêche pas non plus de leur dire si elles ont fait des bêtises… je ne suis pas non plus une maman parfaite.

 

Crois-tu aux signes de la vie, à la synchronicité ?

Oui, je ne crois pas du tout au hasard. Je crois qu’on est prêt quand une rencontre se fait.

 

Tu y es attentive ?

Oui je suis attentive aux rencontres. La femme qui m’accompagne à la production s’appelle Valérie. Elle m’a rencontrée en spectacle quand je rentrais de Lyon – j’avais joué deux mois – il y a deux ans. Je faisais un show case professionnel aux Feux de la Rampe. Elle a adoré le spectacle alors que ce n’était pas du tout la version actuelle. Elle m’a appelée le lendemain, elle avait une voix extrêmement douce. J’étais devant l’église de St Germain des Prés avec mes filles. Elle a entendu la voix de mes enfants et elle m’a demandé si elle me dérangeait. Ce détail-là, cette précaution-là m’ont montré que c’était une femme bonne. J’ai accroché tout de suite. Cette élégance a été un signe pour moi. De même que j’ai toujours su que j’allais être sur scène mais je n’avais aucun signe qui m’a fait dire que j’allais y être. Quand j’ai annoncé ce que j’allais faire, personne n’a été étonné. Si j’écoute mon intuition, je suis au bon endroit. Si je ne l’écoute plus, je me casse la gueule. Je crois aux signes et je les prends en considération.

 

Et tu crois au karma ?

J’ai un petit plus de mal et en même temps j’ai eu des signes aussi. J’ai un fort sentiment sur l’enfermement. Plus jeune je faisais beaucoup de cauchemars autour de 39-45, de la déportation. À un moment, je ne supportais plus les métros qui arrivaient, le bruit des trains et des wagons. J’ai de la famille qui a fait de la résistance, j’ai un oncle qui a été en camp de concentration. On n’est pas juif. Je m’interroge, j’ai du mal à croire à une vie antérieure et en même temps ça continue à me toucher.

 

Tu nous as parlé de ton mari, que représente l’amour ?

J’aime beaucoup la phrase de Daniel Pennac qui dit que l’amour rend intelligent. C’est l’essence pour être, pour se réaliser. Sans amour c’est impossible. J’ai été aimée, pas toujours bien aimée mais j’ai été aimée. C’est ce qui m’a permis, je pense, de rester debout. J’en suis convaincue. Sans amour on n’arrive à rien. Ça doit rendre libre.

 

Alors quelle amoureuse es-tu ?

J’ai été possessive mais je ne l’ai pas forcément manifesté. J’étais une amoureuse inquiète. J’ai une confiance assez naturelle et j’aime bien que chacun ait son jardin secret, sa vie à soi. C’est très important de cultiver ça sinon on cultive des frustrations. Je ne suis pas une amoureuse collée ou fusionnelle. J’aime bien la distance qui crée un peu le désir. Ce n’est pas facile d’aimer quelqu’un toute une vie. Réinventer l’amour c’est joli comme ça dans le texte, au quotidien ce n’est pas simple. Je pense qu’il y a différentes formes d’amour. Il faut accepter et en même temps ne pas renoncer à certaines choses. J’aime bien l’idée de rencontrer dans l’amour. Il faut essayer de cultiver la rencontre. L’amour que j’ai pour mes enfants est peut être celui qui est le plus juste ou équilibré. Elles ne me manquent pas quand elles sont chez leurs grands-parents – c’est un peu curieux la façon dont je le dis – elles sont elles, elles ont leur vie, elles s’épanouissent, elles grandissent quelque part un peu sans moi, j’aime bien cette idée. Et je ne leur manque pas. Je me dis toujours que je crois que je les ai aimées à la bonne place. Ça ne fait pas de moi quelqu’un de froid. Je les aime pour qu’elles puissent aimer autrement, ailleurs. L’une de mes filles m’a dit que je les élevais pour qu’elles aiment le monde. L’amour amoureux c’est encore autre chose, je n’ai pas encore tout capté et je trouve ça plus complexe. Je crois que je suis une très grande romantique mais je l’ai longtemps nié. Je suis plutôt rock’n’roll.

 

Crois-tu à la vie après la vie ou à la vie après la mort ?

J’aimerais bien mais je n’ai aucun signe de ça. J’essaie de grandir et de ne pas me figer. J’ai du mal à croire à ça. J’aimerais bien croire que tous ceux qui sont partis, sont là quelque part et qu’ils veillent sur nous.

 

Découvrez la dernière partie demain…

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/stephanie-jarroux-1-5/

 

http://valeriemotte.com/stephanie-jarroux-2-5/

 

http://valeriemotte.com/stephanie-jarroux-3-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté