Carolyne Nicolet est médium et enseignante en Reiki. Je l’ai rencontrée, il y a quelques années, à Fribourg en Suisse lors d’un salon.

J’ai de suite apprécié cette rencontre car nous parlions le même langage et sa façon d’utiliser sa médiumnité était bienveillante et apaisante.

 

Vous pouvez découvrir son centre de formations et de thérapies :

www.centresurya.ch

 

Elle sera mon invitée des « Rencontres lumineuses » de février. Chaque lundi vous découvrirez une partie de son entretien. Je la remercie de sa confiance et de sa douce énergie.

 

Est-ce que tu reçois en consultation individuelle ? Si oui, comment se déroule une séance ?

Oui, une de mes activités est de recevoir en consultation individuelle. Une séance n’est pas la révélation sur les mystères de l’univers (je ne les comprendrais pas). Une séance donne des confirmations de choses que l’on sait au fond de nous mais, le fait d’avoir cette confirmation par quelqu’un qui ne vous connaît pas, permet d’être rassuré.

Je commence toujours par expliquer ma manière de faire :

– je ne peux pas entrer en contact avec une personne décédée, c’est le monde spirituel qui décide si quelqu’un vient et qui. Il y a une visite du monde spirituel si cela répond aux besoins des 2 personnes, le client et la personne décédée.

– je ne prédis pas l’avenir mais je peux donner des guidances sur des domaines à explorer, des potentiels, des confirmations.

– il est possible de poser des questions, si j’ai les réponses je les transmets, si je ne les ai pas, je ne les inventerai pas.

Ensuite, je débute la séance en ressentant l’énergie de la personne, nous sommes assis face à face sur des fauteuils confortables. Aucune boule de cristal, ni rituel.

Et je commence à parler de la vie de la personne, de ses choix, ses difficultés, ses potentiels, ses ressources. La séance peut aborder différents domaines comme l’amour, les relations, le professionnel, la santé (je ne fais pas de diagnostic), les finances – je n’ai pas les chiffres du loto ;-), l’évaluation spirituelle, les potentiels et bien sûr le contact avec une personne décédée.

Si contact il y a, il s’agira toujours d’une personne connue du client afin que je puisse apporter les preuves et qu’elle soit reconnue de manière sûre.

Le message fait partie de cette visite, c’est comme un rendez-vous avec un être cher, rien d’extraordinaire mais tellement précieux.

Je rends attentif également qu’une séance de médiumnité apporte toujours une énergie de guérison qui peut se ressentir dans les jours suivants.

Je termine la séance par une synthèse de ce qui a été dit et je m’assure que le client va bien avant de le laisser partir, car une séance peut être très émotionnelle.

 

 

Tu animes des séances publiques, qu’est-ce qui te plaît ainsi ?

Les démonstrations publiques de contact avec les personnes décédées sont une manière de montrer comment s’effectue notre travail avec le monde spirituel. J’ai organisé et fait des démos durant près de 10 ans et à l’heure actuelle, je forme les médiums de demain à cette pratique particulière du service au monde spirituel. J’aime être l’ambassadrice du monde de l’esprit et d’amener à la vie la vibration de ce monde. Avoir la possibilité de donner la parole à une maman décédée qui vient voir sa fille lors d’une soirée, ressentir tout cet amour est une expérience inoubliable. Dans une séance publique, on ne sait pas qui va venir du monde spirituel, ni pour qui dans la salle. Mais alors que l’on commence à parler et à dire « j’ai avec moi un papa décédé d’une crise cardiaque, il aimait par-dessus tout son petit bateau dans ce village de pêcheurs, il parlait peu mais chaque dimanche, il apportait une rose à son épouse »….à ce moment-là, lorsqu’une main se lève dans l’assemblée parce que l’épouse a reconnu son mari, à ce moment-là, la magie opère….

Les démonstrations publiques de transe parlée permettent, quant à elles, de recevoir un enseignement direct du monde spirituel. Je me mets à la disposition de ces visiteurs dont j’ai parlé tout à l’heure et ils s’expriment, enseignent, répondent à des questions et parfois, amènent également une personne décédée pour quelqu’un dans la salle. Quand je dis, ils amènent, ils vont dire qu’ils sont avec telle personne qui vient voir telle personne dans la salle. C’est une autre façon d’apporter des preuves que la vie continue après la mort.

 

Qui peut participer ?

Chaque personne qui en ressent le besoin, pour les mineurs, je conseille au minimum 16 ans et l’accompagnement d’un adulte, car il faut une certaine compréhension de ce qui est dit et de ce qui se passe. Pour les démonstrations de transe parlée, je suggère toujours de venir voir une démonstration de contact avant, afin d’avoir une vision complète de ce travail.

 

Tu n’appelles jamais une personne décédée, tu sers de canal et tu laisses intervenir les âmes qui souhaitent se manifester, c’est bien ça?

Oui, c’est exact. Je laisse toujours l’initiative et la responsabilité au monde spirituel qui sait mieux que moi ce qui est juste. Tout comme je laisse les personnes décédées se présenter de la manière qu’elles veulent. C’est comme faire connaissance avec quelqu’un dans ce monde, on ne le bombarde pas de questions. C’est un échange, une écoute.

 

Découvrez la suite lundi prochain…
 
 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA