Portrait Joëlle Chautems   Couv "Manuel de géobiologie et magie de l'habitat"

 

Joëlle Chautems est une jolie fée suisse. Je l’ai rencontrée à l’occasion de la sortie de mon livre « Conseils de fées et potions magiques pour se sentir bien ». Elle est géobiologue. Elle a ouvert également une boutique qui propose des objets pour l’harmonisation des lieux et il y a un coin atelier où elle déploie sa créativité (bijoux…). Elle dispense des formations sur ses différentes connaissances (géobiologie entre autres) Elle est auteure et conférencière. Son dernier livre « Manuel de géobiologie et magie de l’habitat » est paru aux éditions Favre.

 

Voici son site : www.eorian.ch

 

Ce mois-ci, la géobiologie est à l’honneur. Chaque lundi vous découvrirez une partie de l’échange que j’ai eu avec Joëlle Chautems. Elle parle avec simplicité et passion de ce qui l’anime et de la magie de la vie. Je me retrouve dans sa sensibilité et je la remercie de sa disponibilité et de ses conseils.

Tu as donc une grande sensibilité, que représente-t-elle pour toi au quotidien ?

Je me suis rendu compte récemment que je suis ce qu’on qualifie « les personnes hypersensibles, » du coup ça a un impact, oui. C’était un handicap pendant longtemps, quand j’étais plus jeune, je ressentais tout ce qui se passait chez mes camarades, ou dans une maison sans pouvoir mettre de mots dessus. Pour moi je pensais que tout le monde ressentait la même chose et cette différence j’aurais dû en faire quelque chose dès le début. Je me sentais vraiment ballotée entre ce que je percevais avec mes yeux et puis ce que je pouvais ressentir à l’intérieur, ça ne s’accordait pas forcément. Ce n’était pas toujours simple. Par la suite, j’ai décidé d’en faire un outil en devenant plus grande et en m’affirmant dans mes choix professionnels.

C’est difficile d’aller dans un centre commercial, c’est difficile de prendre un avion car tu es assis tout près les uns des autres, il y a la masse informationnelle de tous les gens et l’air est comme irrespirable. J’imagine que tu vois très bien ce que je veux dire.

 

Tout à fait, je souffre énormément dans le métro. Je suis très souvent obligée de descendre de la rame et d’attendre la suivante. C’est trop chargé énergétiquement pour moi.

On se rend compte à quel point l’aura d’une personne est imprégnée comme la mémoire des murs.

En géobiologie on fait attention à la différente qualité des éléments au sein du lieu. L’air est autant important que la terre. La terre ce serait la matière, la qualité des matériaux de construction, ce qui est dur et solide. L’eau, les gens font attention en mettant des harmonisateurs sur leurs canalisations pour que l’eau soit plus saine. La qualité du feu c’est de faire attention à la qualité du chauffage, éviter du chauffage à mazout et quant à la qualité de l’air, les gens ne pensent pas suffisamment à aérer.

 

Justement quels conseils pourrais-tu partager pour une meilleure harmonisation ?

En géobiologie il y a plein de petites choses que l’on peut faire soi. Déjà bien aérer sa maison, éteindre le wifi, faire en sorte de ne pas avoir son portable tout le temps sur soi, éviter les baby phone car ça crée des hautes fréquences et généralement on met l’appareil juste à côté de la tête du bébé. Si on utilise des baby phone, en utiliser à faibles émissions. De temps en temps, on peut allumer un bâton d’encens de bonne qualité ou une bougie pour nettoyer, mettre un coup de sauge. Et faire que les pièces soient bien agréables au niveau visuel.

 

Faire bien attention aux précautions d’usage lors d’utilisation d’encens, d’huiles essentielles, bougies…

 

Est-ce que chez toi, il y a des personnes hypersensibles ?

Mes parents sont anti religion. Leur religion c’est la nature mais sans qu’ils le disent vraiment. Mes parents sont des montagnards, ils se ressourcent quand ils sont à la montagne. Ils ont fait beaucoup de sommets. Mon père a été gravir un sommet qui n’avait jamais été fait de l’Himalaya. Il est parti pour une expédition de trois mois et juste après j’ai été conçue (sourire). Ils se sont rendu compte autant l’un que l’autre que la nature est plus forte que nous. Ils ont perdu pas mal d’amis dans des avalanches, dans des crevasses, dans des accidents divers de montagne. C’était toujours leur instinct qui les a sauvés comme se baisser sans savoir pourquoi et à ce moment-là il y a un caillou qui frôle leur tête…

La nature a une intelligence à l’intérieur, il y a quelque chose qui fait qu’elle va choisir si c’est le bon ou le mauvais moment et j’ai grandi ainsi avec un respect énorme de la nature et un besoin de l’écouter. C’est l’éducation que j’ai reçue par mes parents. Par la suite, je me suis questionnée sur les religions. Mes parents sont très sensibles, intuitifs quand même. Quant à mes grands-parents, j’ai d’un côté des aviateurs et de l’autre des jardiniers. La maison dans laquelle j’habite maintenant est une maison familiale qu’ont achetée mes arrières grands-parents paternels. C’est une ferme. Mes grands-parents qui vivaient là étaient maraîchers, jardiniers et ils s’occupaient des oiseaux blessés. Quand les gens trouvaient des oiseaux, ils les amenaient et eux les soignaient. Mon grand-père les prenait dans les mains et après les oiseaux allaient mieux. Il m’a un peu transmis ça sans mettre des mots là-dessus mais depuis toute petite on a eu des oiseaux à s’occuper, on les nourrissait, on les soignait comme pour des pattes cassées… J’ai très vite travaillé en énergétique sur eux sans qu’on m’explique mais ce sont des transmissions qui se font sans les mots, c’est de façon de faire à façon de faire entre grand-papa et sa petite fille. Mon arrière grand-mère maternelle était herboriste et elle était très sensible.

 

On t’appelle la fée, la chamane, la guérisseuse, la géobiologue… Comment te définis-tu au point de vue professionnel, quelles sont tes activités aujourd’hui ?

Si on me demande ma profession, je vais répondre géobiologue parce que ce que j’aime dans la géobiologie, ça prend en compte autant le jardin, l’écoute des arbres, l’habitant au niveau énergétique, il y a un côté thérapeute ou guérisseur et l’habitat en tant que géobiologie. Sinon dans mes activités, il y a l’écriture pour une transmission de ces connaissances mais au niveau plus large. Je reçois en canalisation les thèmes des prochains livres, je les soumets à mon éditeur et ensuite j’écris sur le papier moitié en canalisation moitié en recherches personnelles. Je fais une pause en ce moment sur la partie thérapeutique parce que je n’ai plus de local de soins et puis je ne sais pas trop comment j’ai envie de continuer tout ça. Je forme également des personnes à toutes ces pratiques et puis je suis maman de deux petites filles. J’ai également une petite boutique féerique où je propose des objets en lien avec l’harmonisation de lieux. Je suis très créative et mon métier de base est droguiste herboriste, je fais des préparations cosmétiques, massages…

Je crée des bijoux particulièrement pour les cheveux et des malas (chapelets de prières tibétaines). Dans cette boutique, j’ai un coin atelier où les gens peuvent venir créer avec moi. Le lundi soir est réservé à la création, c’est également un moment de discussions où les gens peuvent venir me voir, me poser des questions. Ecrire et créer sont mes façons de me remplir.

 

Découvrez la dernière partie lundi prochain…

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA