Portrait Laurent Fialaix                              couv "Toutes griffes dedans"

                                                                        Crédit photo  : Anna Kurenai
 
 

Laurent Fialaix est journaliste et auteur. L’une de mes connaissances, ami avec lui, me l’a présenté il y a quelques années. Notre rencontre s’accompagna de signes plus cocasses les uns que les autres et nous avons partagé de jolies soirées à refaire le monde et à échanger sur les deuils respectifs que nous vivions à cette époque-là. Et puis nos chemins se séparèrent jusqu’à ce que la parenthèse s’ouvre à nouveau il y a un an environ.

 

Très heureuse de retrouver Laurent, toujours aussi passionné par son métier qu’il exerce depuis vingt-cinq ans, un rêve d’enfant devenu réalité. Il a été longtemps rédacteur en chef adjoint d’un magazine féminin et depuis quatre ans il est indépendant. Il est également auteur, il a signé un premier livre « Nos bonheurs fragiles » aux éditions Melville / Léo Scheer, il y a 9 ans. Il est aussi parfois l’écrivain de l’ombre et écrivain privé pour des particuliers. Il a eu la joie de travailler dans l’associatif, de diriger les programmes et d’animer une émission culturelle de radio au sein d’un hôpital. Ce fut à ses yeux une expérience formidablement enrichissante, un don de soi où la vérité s’impose d’elle-même.

 

Il vient d’auto éditer son deuxième roman « Toutes griffes dedans », une histoire grave où se mêlent le harcèlement, la folie et l’autodestruction. L’écriture est douce et intense à la fois, ce qui donne un rythme surprenant au texte.

 

Vous pouvez le trouver :

https://livre.fnac.com/a11255052/Laurent-Fialaix-Toutes-griffes-dedans#int=S:Derniers%20articles%20consultés|NonApplicable|11255052|BL2|L1

 

https://www.amazon.fr/dp/1549805495

 

Pour celles et ceux qui souhaiteraient recevoir un exemplaire dédicacé, vous pouvez le commander via sa page Facebook en message privé :

https://www.facebook.com/ToutesGriffesDedans/

 

 

Ou le rencontrer lors d’une signature prévue en avril prochain à la Fnac du Mans et prochainement à la Fnac des Ternes. Les dates seront annoncées sur sa page Facebook et sur son site Internet : www.laurentfialaix.com

 

 

Je redécouvre Laurent, cet homme en pleine reconstruction personnelle. Il me parle de son parcours depuis nos absences et je suis admirative du trajet effectué. Il m’a toujours touchée par sa sensibilité à fleur de peau, sa fragilité mais aussi par son envie de grandir et de guérir de tous ses maux. Il apprend à écouter son petit Laurent, son enfant intérieur, qui a une peur terrible de l’abandon et qui le lui rappelle à chaque rencontre amoureuse. Son inquiétude face à la mort le terrifie même s’il m’avoue que c’est plus la peur de souffrir qui le panique car depuis toujours il est persuadé qu’il y a quelque chose après cette vie terrestre. Quoi et sous quelle forme il l’ignore mais il a déjà ressenti quelques présences venues du monde invisible, preuves irréfutables d’un au-delà même s’il préfère taire le sujet. C’est son jardin secret.

 

Sa curiosité l’amène à utiliser depuis peu la lithothérapie, à essayer de prendre soin de lui en s’accordant des petites pauses toutes simples (déguster une bonne glace, regarder un bon film, retrouver ses amis…). Il a beaucoup de difficultés à lâcher prise, l’inconnu le terrifie alors il écrit comme il l’a toujours fait depuis tout jeune. L’écriture représente une échappatoire, un exutoire surtout quand il ne se sent pas très bien. Cette béquille lui permet de s’évader et de retrouver un sens à la vie, qu’il remercie. Il se dit chanceux – même si la vie est à ses yeux un combat, le parcours du combattant – grâce aux magnifiques rencontres qui ont ponctué son chemin. Il est reconnaissant d’exercer le métier qu’il a toujours souhaité faire, il est libre, il a des enfants, il a eu trois grands amours. D’ailleurs il ne peut vivre sans amour, il dit que sans cette alchimie il n’est rien. Il essaie de mettre ses soucis de côté pour appréhender et aimer ce que la vie lui offre. Il reconnaît que la clé du bonheur est de savourer l’instant présent et d’apprécier les opportunités qui se présentent à nous. Cependant appliquer « Carpe Diem » quotidiennement est très compliqué pour lui. Mais il garde espoir en l’avenir et fourmille d’idées créatives qu’il va bientôt coucher sur papier.

 

Que ferait-il s’il avait une baguette magique ? Il aimerait remonter dans le temps pour refaire et revivre certaines choses différemment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA