Portrait Axel Gouriou                           Couv Chaque épreuve a son sommet

 

Axel Gouriou est un jeune homme passionné et passionnant. Son histoire est une leçon de vie incroyable. Atteint de mucoviscidose depuis sa plus tendre enfance – il s’est également battu contre une leucémie à l’âge de sept ans – il a décidé de raconter son cheminement et sa philosophie de vie dans un livre « Chaque épreuve a son sommet » qui paraitra le 4 septembre aux éditions Pygmalion.

 

https://www.editions-pygmalion.fr/Catalogue/hors-collection/documents-et-temoignages/chaque-epreuve-a-son-sommet

 

Pour suivre son actualité :

https://www.facebook.com/Axel.CEASS/

https://www.instagram.com/axel.gouriou

 

 

Je l’ai rencontré, il y a déjà quelques années, grâce à son oncle Bernard, réalisateur avec lequel je travaillais sur des programmes de caméras cachées. Axel m’a touchée par sa force de vie, sa maturité et sa gentillesse. Je l’ai accompagné humblement dans l’écriture de son ouvrage, je le remercie chaleureusement de sa confiance, de sa sincérité et de sa sensibilité. Il me semblait évident qu’il soit mon premier invité de la saison des « Rencontres féeriques ».

 

Nous nous sommes retrouvés au bar de l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe à Paris. Chaque jour de cette semaine, vous découvrirez une partie de son interview.

 

 

Es-tu à l’écoute de ton âme d’enfant ?

Oui, je suis joueur, taquin. Je parle dans le livre de Buzz l’éclair. J’ai toujours les films que je regarde de temps en temps.

 

Ça te nourrit ? Ça t’apporte quoi ?

Ça me stimule. C’est super important de garder son âme d’enfant. En fait, ce n’est pas une âme d’enfant, c’est une partie de notre âme. Essayer de structurer notre vie entre la partie de l’enfance et celle d’adulte, ça nous coupe de la joie.

 

Et d’émerveillement ? Les enfants ont cette simplicité de s’extasier devant tout ce qui les entoure.

Exactement. J’adore regarder la nature. L’un de mes plus gros kifs est d’aller à la tombée de la nuit au port de Vannes, me poser et regarder à l’aurore les oiseaux qui commencent à se balader, les feuilles tomber des arbres. C’est un tableau magnifique de la vie. Tout est symbole de vie autour de nous.

 

Quand ton petit Axel te parle, il te dit quoi ?

Il m’engueule souvent. Le livre m’a beaucoup stimulé autant en positif qu’en négatif car c’est tout un tas d’émotions qui se sont mélangées. Le négatif a pris le dessus et mêlé à un état médical moyen, je me suis beaucoup enfermé, j’ai beaucoup moins joué, j’ai répondu moins souvent positivement pour des sorties, pour aller m’amuser tout simplement.

 

Tu parles aussi souvent d’amour, tu as mis en avant les femmes qui ont cheminé à tes côtés. Pourrais-tu me donner ta définition de l’amour ?

Ça c’est dur. Je pense que si une définition existe, elle n’est pas dans notre langue.

 

Pourquoi ?

Je n’ai jamais trouvé les mots exacts pour expliquer et partager tout mon amour verbalement aux êtres que j’aimais. Je n’y arrive pas. Je pense sincèrement qu’on a mis trop de codes sur l’amour. L’amour nous appartient à nous seuls. L’amour est un brasier qui ne fait que grandir. C’est une flamme qui s’embrase jusqu’au moment où elle doit se partager.

 

Quel amoureux es-tu ?

Je suis trop romantique peut-être, un peu niais, présent à cent pour cent. Dès que je sais qu’on partage une flamme, je fais tout pour la garder à l’abri des intempéries et j’essaie qu’elle grossisse un petit peu plus.

 

 

Découvrez la partie féerique demain…

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/axel-gouriou-1-5/

http://valeriemotte.com/axel-gouriou-2-5/

http://valeriemotte.com/axel-gouriou-3-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn