©Emmanuel Chandelier

 

 

Caroline Loeb est une artiste surprenante. Elle se raconte dans son spectacle « Chiche ! » au théâtre L’archipel à Paris. Lundi 30 et Mardi 31 Décembre à 21h00, Jeudi 2 et Vendredi 3 janvier à 21h00  / Samedi 4 Janvier à 16h00 et 21h00. Ce spectacle est émouvant et empreint de poésie.

 

Infos et réservations :

http://www.larchipel.net/index.php/accueil/theatre

 

Découvrez la bande-annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=LR6dfd158hM&feature=emb_title

 

Son univers :

http://www.carolineloeb.fr

 

 

Caroline Loeb est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, je vous partagerai une partie de son entretien. Je l’ai rencontrée au bar de l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe à Paris. Je la remercie de son authenticité et de son franc-parler.

 

 

 

On arrive à la partie féerique de cet entretien. On parle beaucoup du bonheur dans les magazines notamment. C’est quoi pour vous  le bonheur ?

Je vais vous citer un passage de Sagan : « Et ces journaux qui vous disent partout soyez heureux, comment être heureux, enfin c’est abominable. On explique aux gens comment il est honteux et stupide d’être malheureux parce que tout est fait pour être heureux alors une fois qu’ils ne le sont pas, ils se sentent coupables. » Et elle ajoute : « Je crois que c’est une des raisons pour lesquelles les gens se suicident. » Je trouve que cette injonction au bonheur est une catastrophe parce qu’on ne peut pas être heureux vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et puis c’est quoi le bonheur ? ça peut être de lire un texte très noir de Dorothy Parker… Là, ça me fait du bien parce que je me sens moins seule. Le bonheur ça peut être la beauté, les couleurs, des lumières, plein de choses. Ça peut être aussi lire un texte qui est extrêmement noir et qui m’apaise. Parce que ça apaise aussi de voir qu’on n’est pas seul devant certaines questions.

 

 

Ça fait un peu effet miroir, c’est ce que vous dites ?

Oui ça fait effet miroir. On se dit je ne suis pas seule, je ne suis pas folle. Ça, on  peut le dire, ça on peut l’écrire et ça rassure.

 

 

Et si vous aviez une recette du bonheur…

Je n’ai pas de recette du bonheur. C’est assez paradoxal parce qu’en même temps je ne pense pas tellement au bonheur, ce n’est pas une valeur à laquelle je pense. Aujourd’hui, je peux dire je suis heureuse de faire mon spectacle, je suis heureuse de comment est ma fille, je suis heureuse de certaines choses. Voir la beauté partout, c’est aussi ça le bonheur.

 

 

Ce sont des instants finalement ?

Oui.

 

 

Vous les vivez à cent pour cent ?

Je les vis et l’instant d’après je peux être au bord du gouffre parce que je vois quelque chose que je trouve insoutenable. L’insoutenable n’est jamais très loin. Le bonheur c’est aussi savoir que c’est quelque chose qui ne dure pas. On a de la chance quand ça arrive un moment déjà. C’est fugace. J’ai envie de dire que ce n’est pas le contraire du malheur. Le bonheur c’est aussi être en phase avec les choses difficiles parce que refuser la violence, la dureté, de regarder en face les choses qui peuvent vous faire du mal, ça fait encore plus de mal. Je plains ceux qui se blindent.  Ils n’ont pas accès à la vie.

 

 

C’est accueillir ce que l’on vit ?

Il faut regarder en face et ne pas se laisser faire, se battre. À esquiver, on morfle beaucoup plus.

 

 

Mes amies les petites fées ont un message à vous transmettre. Est-ce que vous acceptez ?

Allez pour les petites fées.

 

 

Je vous laisse suivre votre intuition et choisir une carte.

                        

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

 

 

C’est ça, ça conclut toujours… C’est bien tout ce que vous venez de me dire.

En parlant des fées, j’ai une amie qui tient une boutique « Senteurs de fées » 2 rue des haudriettes à Paris.

 

 

Si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

À soulager la douleur de gens que j’aime… Et à me trouver un producteur !

 

 

Pour conclure, je vous remercie de votre authenticité et de cet échange. Pour vous la gratitude est importante ?

Oui, c’est très important de savoir dire merci et de savoir dire pardon, de pouvoir dire je me suis trompée, j’ai fait, j’ai dit une connerie.

 

 

Prendre la responsabilité…

Savoir s’excuser c’est essentiel mais ça va avec merci. C’est l’autre face.

 

 

Vous êtes plutôt démonstrative dans votre manière d’exprimer vos remerciements ?

Disons que je suis assez cash.

 

 

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/caroline-loeb-3-5/

http://valeriemotte.com/caroline-loeb-4-5/

 

 

 

Je remercie Caroline et toute l’équipe de l’hôtel Renaissance Paris Arc de Triomphe de nous avoir accueillies chaleureusement.

 

      Logo Renaissance      

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram