Copyright : Eric Durand

 

Corinne Zarzavatdjian est auteure et comédienne. Elle est seule en scène dans son spectacle « Zarzavatdjian, un nom à coucher dehors » tous les samedis à 17h30 au théâtre Le Mélo d’Amélie à Paris. La mise en scène est de Thierry Beccaro. Cette femme raconte son parcours empreint de péripéties, de situations cocasses où les décalages culturels sont présentés comme une véritable richesse. Son spectacle est un hommage à sa famille et à ses racines arméniennes. Il y a beaucoup d’émotion mais aussi d’humour dans les différents tableaux présentés.

 

https://www.lemelodamelie.com/evenements_et_pieces/zarzavatdjian-un-nom-a-coucher-dehors/

 

Pour découvrir son univers :

https://www.facebook.com/corinne.zarzavatdjian

 

 

 

Corinne Zarzavatdjian est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de son interview. Je la remercie de sa confiance et de sa gentillesse. J’ai été touchée par sa sensibilité.

 

 

On arrive à la partie féerique de cet entretien. On parle beaucoup du bonheur. Que représente-t-il pour toi ?

Le bonheur c’est aussi simple que de trouver sa place, d’être épanoui. Etre sur scène est un vrai bonheur car je suis épanouie, je me sens en phase avec ce que je suis réellement.

 

Si tu avais une recette du bonheur à partager…

La recette serait de s’écouter même si on doit se mettre en danger. La vie n’a de sens que si on prend aussi des risques sinon c’est monotone. Oser réaliser ses rêves, dépasser ses peurs…

 

Mes amies les jolies fées ont un message à te délivrer. Acceptes-tu ?

Oui.

 

Je te laisse choisir une carte.

 

                        

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

 

Je t’ai dit que j’allais respirer en me promenant dans le bois. Il est écrit « Prenez le temps de vous promener… ».

 

Elles sont bien présentes à chaque rencontre. Je suis une fois de plus émerveillée.

C’est ce que me disait ma mère : « Prends le temps de t’occuper de toi. »

 

Je te remercie d’avoir partagé ce moment avec moi.

C’est moi qui te remercie.

 

La gratitude est aussi importante que le partage, la bienveillance ?

Bien sûr.

 

Tu es plutôt pudique ou démonstrative dans ta manière d’exprimer les remerciements ?

Je suis plutôt pudique. Aujourd’hui je trouve que la bienveillance est rare. Travailler avec Thierry Beccaro c’est fantastique. C’est quelqu’un de tellement généreux, de bienveillant. Je ne sais pas si j’en serais là s’il ne m’avait pas accompagnée sur cette route. Il m’a dit au début de notre collaboration : « ce n’est pas le chemin qui est difficile mais c’est le difficile qui est le chemin. » Ça me parle toujours. C’est dur d’accoucher d’un spectacle comme celui-ci mais c’est surtout la route qui est difficile.

 

Pour conclure, si tu avais une baguette magique, à quoi te servirait-elle ?

Elle me servirait à me projeter encore plus, j’aimerais bien partir en tournée avec ce spectacle en Arménie et partout pour raconter une histoire où tout le monde peut se retrouver de A à Z…

 

 

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-1-5/

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-2-5/

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-3-5/

http://valeriemotte.com/corinne-zarzavatdjian-4-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram