Portrait d'Elina Vorger                         Couv de Et si j'étais plus

 

ELINA VORGER est thérapeute et auteure. Ancienne championne de ski, elle quitte tout pour un voyage initiatique à l’autre bout du monde. À son retour elle change de vie pour accompagner les personnes en quête d’éveil. Son livre Et si j’étais plus vient de paraître aux éditions Jouvence. Ce bel ouvrage vous livre des clés pour mieux vous connaître.

 

https://www.etsijetaisplus.com/

 

Découvrez son univers :

https://www.elinavorger.com

 

Cette semaine, Elina Vorger est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Nous avons échangé par téléphone et par mail. Je la remercie de sa confiance et de sa disponibilité. Nous nous sommes probablement déjà rencontrées dans une autre vie tant nos énergies vibrent aux mêmes sonorités. Chaque jour, je partagerai avec vous une partie de son interview.

 

 

Pouvez-vous nous présenter votre livre Et si j’étais plus ? C’est à la fois un témoignage, un livre d’accompagnement grâce aux méditations et aux éclairages que vous proposez…

Oui c’est un ouvrage un peu spécial effectivement, car il ne rentre dans aucune case. Ce n’est pas simplement un roman initiatique, ni un manuel de développement personnel ou encore un livre de méditation guidée… C’est un peu les trois réunis, et plus encore !

J’ai écrit cet ouvrage de façon très libre et inspirée, sans faire de plan préalable, sans chercher intellectuellement à entrer dans un quelconque cadre littéraire. Le résultat est une initiation grandeur nature très réelle pour tous les chercheurs en quête de vérité.

Je crois que j’ai simplement humblement essayé de retranscrire le cheminement intérieur qui fut le mien pour parvenir à quitter les petites cases de mon mental dans lesquelles j’étais depuis toujours enfermée, et atteindre cette divinité en moi, éternelle et illimitée.

Du coup oui, cela passe par une introspection et une constante remise en question de ce que l’on croit être (réflexions que l’on retrouve dans la partie « enseignements » de mon livre), mais également par l’apprentissage de la présence et de l’observation consciente de ce qui est, à travers les diverses méditations guidées.

J’ai également voulu confier dans ce livre mes propres expériences intimes et spirituelles afin d’aider les lecteurs à comprendre que ce monde incroyable peut être réellement appréhendé, touché du doigt par tout à chacun… C’est là, juste là… En nous !

Enfin, le livre est ponctué de petites envolées littéraires et de jolies proses poétiques pour permettre à tout à chacun sa part de rêve, de merveilleux et de sacré.

 

 

Pourquoi ce titre ? Et si nous essayions déjà d’être nous-mêmes tel que vous l’expliquez dans votre ouvrage…

C’est une excellente question ! Peut-être même la seule et unique question que le livre pose réellement : qui sommes-nous ?

C’est le pari de ce livre : aider les gens à trouver qui ils sont vraiment, au-delà de leurs blessures, de leurs manques, de leurs conditionnements, de leur environnement même… Les aider à enlever tous ces masques qu’ils portent sans le savoir, comme autant de couches de fards qui les éloignent de leur vrai visage.

C’est un peu comme enlever les couches de l’oignon, toutes ces couches de faux-soi cristallisées au cours des âges, pour trouver le juste, le bon, le pur… notre vrai visage.

Et lorsque l’on atteint ce centre de l’oignon, on découvre non seulement qui nous sommes vraiment, mais également que ce « nous-même » n’a aucune commune mesure avec ce que nous pensions être jusque-là.

C’est un peu comme si nous avions passé toute notre vie cachés dans une grotte sombre à la lueur d’une minuscule bougie et que soudain, nous sortions à la lumière et découvrions la seule et unique vraie source de lumière : le soleil immense.

Ce n’est pas facile à expliquer avec des mots, mais en gros c’est cela : lorsque nous trouvons vraiment qui nous sommes, nous comprenons à quel point nous sommes « plus » que ce que nous pensions être…

 

 

Le livre comporte quatre parties. Pouvez-nous expliquer les quatre chiffres que vous définissez spirituellement ?

En réalité, ce livre n’est qu’un tiers du cheminement total, qui compte une initiation en douze chiffres sacrés, soit trois tomes (le second devrait sortir l’année prochaine en librairie). Le chiffre douze étant le symbole de l’aboutissement de la quête, de la totalité des mondes manifestés (douze signes du zodiaque, douze mois de l’année…). Réunir les douze en quelque sorte, c’est atteindre notre divinité.

Et si j’étais plus présente donc les quatre premiers chiffres de cette initiation.

Le chiffre 1 est le tout premier pas de la quête. Le jeune aventurier en quête de vérité qui prépare son baluchon et quitte son village natal pour parcourir le monde. Il est à l’image de ce chercheur de lumière qui s’éveille en nous. Il a soif d’ultime, de fusion, de totalité… D’ailleurs, le chiffre sacré 1 représente l’objet de sa quête : l’universel, l’unité originelle. Dieu.

Au cours de son valeureux périple intérieur, notre jeune aventurier va vite découvrir l’envers du décor : la dualité. Avec la vie il rencontre la mort, avec le jour, il doit passer par sa propre nuit. Et c’est toute la symbolique du chiffre deux : l’ambivalence de la vie, cette opposition de deux pôles qui créent l’existence même de toutes choses…

Pour dépasser ce dilemme manichéen, notre aventurier devenu plus sage, plus mature, va apprendre à trouver en lui sa propre force, sa propre lumière. Ainsi le deux devient trois, il comprend que tout est en lui, et qu’il a les clefs de son propre royaume. Le trois en alchimie est le christ ressuscité, l’homme qui a su dépasser sa propre dualité pour trouver en lui, sa propre unité : sa propre divinité.

Voilà notre initié presque accompli sur le chemin de l’Etre. Pourtant le quatre suit le trois et le quatre est douloureux : il est le double du deux. Il est l’épreuve de la chute, des ténèbres : et pour gagner le combat, notre initié va devoir traverser ses propres ombres. Il en ressortira purifié, libéré… Car il aura osé regarder ce noir en lui pour n’y voir que de l’amour. Un incommensurable amour… Car oui, derrière tous les masques, derrière ses propres ombres : il n’y a qu’un seul et unique visage.

 

Celui de l’amour infini.

 

 Découvrez la suite demain…

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté