Portrait Fencienne Tu                             Couv "le choix des huiles essentielles"

 

 

Ce mois-ci les « Rencontres lumineuses » sont consacrées aux huiles essentielles. Lorsque j’écrivais « Conseils de fées et potions magiques pour se sentir bien », je faisais des recherches sur l’aromathérapie. Un des livres qui m’a le plus séduite tant par son côté pratique que par la simplicité des explications était Le choix des huiles essentielles de Fencienne Tu-Saint Girons et de Benoît Saint Girons paru aux éditions Jouvence. Aujourd’hui encore il est dans ma bibliothèque et je l’utilise dès que j’en ai besoin.

 

Il me semblait évident de demander à Fencienne Tu-Saint Girons de nous parler des huiles essentielles. Cette naturopathe, aromathérapeute et acupuncteur est une passionnée. J’ai aimé notre échange par téléphone et sa manière d’expliquer les choses. Chaque lundi de juin, vous découvrirez une partie de son interview.

 

Vous pouvez découvrir son univers :

https://www.les8.net

Sa page Facebook :

https://www.facebook.com/fencienne

 

Comment avez-vous découvert les huiles essentielles ?

C’est une longue histoire, ma première utilisation d’huiles essentielles remonte à mes études en Australie où j’ai vécu 6 ans.  Je me suis soignée avec efficacité d’un refroidissement avec de l’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree).  L’Australie est ainsi un grand producteur d’huiles essentielles, non seulement d’arbre à thé mais aussi d’eucalyptus -globulus, radiata, smithii et citronné, que l’on retrouve souvent dans les saunas. L’utilisation des huiles essentielles est aussi vraiment généralisée en Australie : durant la seconde guerre mondiale, les  producteurs d’huiles essentielles étaient dispensés d’aller au combat afin d’assurer que les soldats australiens aient tous une bouteille d’huile essentielle d’arbre à thé dans leur trousse de premiers secours.

 

Comment les utiliser ?

Les possibilités d’utilisation des huiles essentielles sont vastes, multiples : en diffusion dans un diffuseur à verrerie, sur la peau pure ou diluée dans une huile végétale bio, dans le bain avec 1 cuillère à soupe de lait, en voie interne diluée dans du miel et jus de citron chaud.

Les huiles essentielles peuvent aussi être ajoutées à vos plats en fin de cuisson ou dans les produits ménagers tels que la lessive ou le savon noir.

 

Comment être sûr de sa qualité ? Y a-t-il des moyens de savoir si elle est de bonne qualité ?

La qualité d’une huile essentielle dépend de sa concentration en principes actifs.  Evitez celles vendues sur internet à quelques euros seulement et préférez celles de laboratoires réputés.  Les sites de vente du net conditionnent ainsi la plupart du temps des lots refusés par les grands laboratoires.  Une huile essentielle est un peu comme le vin : il y a des grands crus, des crus moyens et d’autres peu terribles…

 

Vérifiez aussi la plante utilisée pour produire l’huile essentielle, par exemple l’huile essentielle de thym linalol, très douce, n’est pas du tout la même que le thym thymol, dermocaustique.  Pour cela, seul le nom latin figurant sur l’étiquette peut garantir l’espèce le la plante utilisée.  Choisissez enfin une huile essentielle au minimum de culture biologique, mieux « Demeter » ou sauvage.

 

Découvrez la suite de l’entretien lundi prochain… 

 

Attention : Il est important de faire un test cutané à l’intérieur du poignet avant toute utilisation d’huile essentielle. Bien suivre les indications et faire bien attention aux précautions d’usage lors de l’utilisation des huiles essentielles. En cas de doute, avant toute utilisation, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre aromathérapeute.

 

 

 

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA