Géraldine Garance est médium karmique et auteure. Elle est dans un parcours de flammes jumelles. Son coffret « Le tarot des flammes jumelles », illustré par Bénédicte Gonzalez vient de paraître aux éditions Exergue. 

http://www.editions-tredaniel.com/le-tarot-des-flammes-jumelles-coffret-p-8492.html

 

Pour découvrir son univers :

https://www.medium-geraldinegarance.fr

 

Sa chaîne Youtube :

https://www.youtube.com/channel/UCjo3UqJoC8Q6HJtZ21MrsCA?view_as=subscriber

 

 

« Les Rencontres lumineuses » de février sont consacrées aux flammes jumelles. J’ai découvert ce terme il y a presque deux ans. Tout s’est éclairci et j’ai pu poser des mots sur l’une de mes plus belles et troublantes histoires d’amour. Quand j’ai rencontré mon autre – ça remonte à presque trente ans – je m’interrogeais sur une chose, comment pouvais-je aimer mon jumeau ? J’ai enfin la réponse, c’est merveilleux ! Nos parcours respectifs se suivent toujours même si le contact est rompu à certains moments. Le lien est toujours présent et énergétiquement vibrant. Je remercie profondément cet homme car j’ai énormément travaillé sur moi, connu ce qu’on appelle « la nuit noire de l’âme » – même si d’autres après lui ont bien accentué les blessures qu’il me restait à transmuter – , je suis aujourd’hui en paix, libérée d’un certain poids karmique, libre et sans attente aucune.

 

« Le tarot des flammes jumelles » est très puissant, les messages justes. Ces éclairages ne font que confirmer ce que mon âme sait depuis l’éternité. Je remercie Géraldine de ce partage lumineux et de nos échanges. 

 

 

 

Vous êtes auteure et médium. « Le tarot des flammes jumelles » illustré par Bénédicte Gonzalez est paru aux éditions Exergue. Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les flammes jumelles ?

C’est un sujet passionnant. Les flammes jumelles sont deux moitiés d’une même âme. C’est une seule âme qui est investie dans deux corps. Deux moitiés d’âmes qui étaient dans un même œuf cosmique, à la nuit des temps, à l’origine, qui s’est scindé en deux. Depuis elles traversent de très nombreuses incarnations à se trouver, se retrouver et  se recompléter en soi d’abord et avec l’autre ensuite. L’autre est juste là pour être le révélateur de ce qui nous manque afin de trouver sa complétude en soi et non pas avec l’autre. Une fois que les deux flammes jumelles sont complètes en elles, elles peuvent créer la troisième entité, le couple.

 

Quelle est la différence avec les âmes sœurs ?

On a tous jusqu’à 7, 8 âmes sœurs qu’on rencontre ou pas lors de différentes incarnations. Ce sont deux âmes, deux étincelles de vie distinctes quasi-identiques, un peu comme les frères et sœurs et les faux jumeaux. Les âmes sœurs peuvent être une mère et sa fille, deux collègues de boulot, deux amis hommes qui ont une amitié très forte, ça peut être un couple d’amoureux homos, hétéros. En général, quand on rencontre son âme sœur sur le plan amoureux, ça coule de source. Il n’y a pas tant de choses que ça à se faire travailler. On regarde dans la même direction, on aime plus ou moins les mêmes choses. Si l’un commence une phrase l’autre la finit. C’est un peu comme un long fleuve tranquille, beaucoup d’amour, de connexions, de connivence.

Les flammes jumelles ce sont deux moitiés d’âme. Elles sont le miroir parfait, la complémentarité parfaite l’une de l’autre, forcément quand on rencontre sa flamme jumelle, il y a une connotation amoureuse. Elles doivent se recompléter sur tous les plans. Cœur, corps, esprit, âme. Le corps passe par la relation de la sexualité sacrée. Le but est de passer de l’amour passionnel donc conditionné dans nos personnalités terrestres à l’amour inconditionnel donc de l’âme non conditionné par nos faiblesses terrestres.

 

De mon côté, ce que j’ai cru comprendre et ce que j’ai reçu comme information, c’est que les deux flammes jumelles quand elles se retrouvent c’est pour faire quelque chose de plus grand qu’elles, c’est pour ça que la relation sexuelle, charnelle n’est pas obligée  dans chacune des incarnations. L’amour est bien évidemment présent puisque c’est l’essence même de cette relation qui est d’une grande pureté. Du coup, notre point de vue est différent ?

Non, il n’est pas différent tant que ça parce qu’il y a des différences entre flammes jumelles et flammes jumelles universelles. Concernant mon histoire personnelle, je suis flamme jumelle universelle  – comme son nom l’indique – c’est pour aller vers l’universalité. Ces flammes ont une connotation plus grande derrière. Il y a toujours cette attirance amoureuse mais qui doit aller vers l’amour inconditionnel, on ouvre les consciences, on est dans l’aide à l’autre pour la Terre, l’humanité. On doit souvent bosser ensemble pour parvenir à cette ouverture de conscience. C’est une mission d’âme universelle. Pour les flammes jumelles qui ne sont pas universelles, il y a toujours cette connotation amoureuse et pour celles qui ont réussi à se réunifier, elles rayonnent autour d’elles. Ces âmes-là vont se contenter de rayonner par rapport à leur propre entourage, à tout ce qu’elles vont toucher autour d’elles mais ça ne sera pas au niveau de l’universalité. Après elles mettent des vies et des vies pour y arriver et bien souvent il y a cette attirance physique, amoureuse… mais c’est très difficile pour qu’elles puissent se réunir, être complétées amoureusement l’une avec l’autre.

 

Comment avez-vous découvert que vous étiez dans un parcours de flammes jumelles ?
On ne s’y attend pas du tout, ça nous tombe dessus. C’est important de dire aux personnes qui cherchent leurs flammes jumelles que ce n’est pas dans ce sens-là que ça se passe. On vit notre vie, il y a une reconnexion qui se fait, après c’est tellement bizarre comme relation, c’est un tsunami émotionnel, c’est tellement violent émotionnellement, difficile… On commence à se poser des questions, à chercher et puis c’est trop tard. On n’en sort pas et on se fait le parcours avec ses différentes étapes. J’ai découvert que j’étais flamme jumelle car j’ai rencontré quelqu’un et j’ai vécu un tsunami émotionnel, extrêmement difficile et tout le parcours est en train de se faire. C’est intrinsèque à soi et on ne peut pas y échapper. C’est une relation qui est différente mais ça n’a rien à voir avec une relation toxique. 

 

Et pourtant elle peut être très souffrante, très éprouvante.

Oui extrêmement souffrante. C’est la relation qui fait le plus souffrir parce que l’autre est un révélateur. Il n’est pas là pour faire souffrir mais c’est le révélateur de nos propres blessures qu’on se traîne afin qu’on puisse les épurer, les dépasser. C’est en ce sens-là que les âmes s’aiment infiniment, par amour pour l’autre, l’autre appuie là où ça fait mal. Derrière les blessures c’est l’ego, la personnalité terrestre. C’est pour aller de plus en plus vers l’âme.  

 

 

Découvrez la suite lundi prochain…

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram