Marianne Grasselli Meier est auteure, musicothérapeute, écothérapeute suisse et animatrice de stages pour les femmes. Son livre « Devenir chaman, même pas peur !» va paraître – courant avril – aux éditions Exergue. Ce livre pratique vous propose de nombreux exercices ludiques et vous éclaire sur le chamanisme que tout un chacun peut expérimenter simplement.

http://www.editions-tredaniel.com/devenir-chaman-meme-pas-peur-p-8061.html

 

 

Pour visiter son univers :

https://espritdefemme.ch

 

 

Les « Rencontres lumineuses » d’avril seront consacrées au chamanisme. Chaque lundi, vous découvrirez une partie de l’entretien de Marianne Grasselli Meier. Je la remercie de partager avec nous son amour de la nature et son expérience.

 

 

 

Dans votre livre, les exercices proposés sont expliqués de façon simple et agréable. Il y en a un qui m’a interpellée, le foudroyé. Pourquoi utiliser la 3èmepersonne ?

Le foudroyé nous rappelle que le destin crée les vocations et que nous ne nous autoproclamons pas chaman, homme médecine ou guérisseur. Le pouvoir du chaman vient le plus souvent d’une souffrance traversée. Le risque de l’autoproclamation, c’est la prise de pouvoir, la vanité, l’orgueil de se croire différent, autre voir meilleur qu’un autre. Comment soigner dans ce cas ? Comment offrir son amour, si la voie est tâchée de votre propre souillure ? Pour moi, la posture alignée d’un chaman est d’affirmer que ses dons ne viennent pas de lui, qu’il n’a aucun mérite. Parler en « je » personnifie le discours, parler à la 3epersonne de nos traversées, nous place dans le tout, dans l’espace qui unit les êtres et ne nous rend pas meilleur, une sorte d’être « émérite » ! Nous prenons distance avec notre petit nous- mêmes, parfois si fier de ce qu’il accomplit.

 

Dans cet exercice, vous racontez votre expérience avec l’invisible, suite à un accident de voiture. Est-ce à ce moment-là que vous avez compris qu’il y avait une communication entre nos deux mondes ?

Je n’ai pas compris, j’ai vécu. J’ai fait une expérience qu’il m’a fallu du temps à intégrer, à com-prendre, à «  prendre avec » dans ma vie, à décoder. J’ai refusé de lire sur le sujet alors que les premiers livres sur les NDE étaient édités. J’ai gardé secrète cette expérience pendant des années. Je ne savais pas quoi en faire ; et il n’y avait – je pense – rien à en faire ! je me suis rendu compte, au fil de ma vie, comment elle m’enseignait une manière particulière d’envisager des épreuves et de m’en dégager, de savoir que je pouvais demander conseil, soutien à mes proches de l’au-delà.

 

Que représente la mort pour vous ?

Un passage vers le pays de l’évidence, là où mes doutes ou mes questions n’ont plus sens. Je fais tout pour me préparer à laisser le plus d’amour là ou j’ai posé mes traces. Car cet amour je le prends aussi avec moi.

 

Et la vie ?

Un temps infime qui m’est accordé pour donner plus de vie à la Vie.

 

Pour finir, si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

A partager les richesses pour que chaque être sur cette terre puisse vivre, aimer et mourir dans la paix.

 

Merci beaucoup .

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/marianne-grasselli-meier-1-4/

http://valeriemotte.com/marianne-grasselli-meier-2-4/

http://valeriemotte.com/marianne-grasselli-meier-3-4/

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram