PHOTO CORALIE CARDON

 

Richard Ely est un poète belge, ethnobotaniste, amoureux de la nature et du peuple qui la compose. Son dernier ouvrage « Le grand livre des Esprits de Noël » illustré par Frédérique Devos vient de paraître aux éditions Vega. Un cadeau à s’offrir ou à offrir !

http://www.editions-tredaniel.com/le-grand-livre-des-esprits-de-noel-p-7846.html

 

Pour découvrir l’univers de Richard Ely :

https://peuple-feerique.com

https://www.facebook.com/RichardEly.livres

 

Les « Rencontres lumineuses » de décembre sont consacrées à la féerie et aux esprits de Noël. Chaque lundi, vous découvrirez une partie de l’entretien de Richard Ely, que j’ai interviewé par téléphone. C’était très agréable de parler la même langue et mes amies les jolies fées toujours présentes et bienveillantes m’ont soufflé des informations sur les projets de Richard. Je lui en ai parlé comme si c’était déjà d’actualité. Une fois de plus, j’ai été surprise et émerveillée de cette connexion céleste.

 

 

Votre ouvrage « Le grand livre des esprits de Noël » illustré par Frédérique Devos vient de paraître aux éditions Vega. Pouvez-vous nous le présenter ?

C’est un livre qui entre dans une collection, que j’ai initiée, il y a cinq ans.

Ce sont Les grands livres des Esprits :

– de la nature,

– de la maison

et celui-ci est à la fois une suite mais quelque chose de différent. Il s’attaque à une période de temps, la période de Noël qui commence, pour les anciens au 31 octobre et qui se termine à la veille du 1ermai. Elle marque l’hiver. Dans cette période, il y a ces traditions qui décrivent les esprits liés à l’hiver, au froid, à la nuit mais aussi aux esprits lumineux qui vont venir contrebalancer ces attaques d’êtres plutôt redoutables. Le livre aborde, à la fois, tous les esprits positifs que l’on peut rencontrer autour de cette période de Noël mais aussi comment se protéger des esprits plutôt mauvais. C’est une période très intéressante que j’ai souhaité travailler. Il y a une richesse tellement inouïe qui se traduit encore par énormément de traditions folkloriques voire commerciales aujourd’hui. Mais derrière ça, il y a toute une abondance à creuser, à expliquer aux gens.

 

Comment est née cette idée ? Pourquoi cette période-là précisément ?

À travers beaucoup de textes, je rencontrais tout ce folklore, cette période sombre, Halloween… Je trouvais intéressant de pouvoir un peu redorer ce folklore édulcoré pour pouvoir expliquer aux lecteurs les origines mais aussi pourquoi il y a cette tradition de Noël, pourquoi on appelle le Christ, la lumière du monde. Je trouve important de raconter pourquoi tous ces symboles solaires sont présents à ce moment-là de l’année. Ce qui me tient à cœur est de pouvoir conserver la mémoire des esprits anciens qui se perdent parce qu’on les confond avec d’autres. Il faut savoir que les traditions de Noël existaient dans toutes les régions de France, dans tous les pays d’Europe et du monde. On a commencé à les amalgamer avec cette couche commerciale autour du Père Noël mais derrière lui, il y a plein de traditions différentes.

 

Vous vouliez rétablir la ou les vérités ?

En tout cas, je souhaitais donner l’occasion aux lecteurs de remonter aux origines même si je ne suis pas du tout contre ce qui se passe aujourd’hui. On reste toujours dans une célébration de la lumière. C’est comme l’exemple de la bûche. Elle est devenue un grand gâteau que l’on met sur la table. Au départ, c’était bien une bûche de bois que l’on faisait brûler pendant l’hiver. Ce feu représentait le soleil. Toutes ces fêtes n’ont qu’une seule intention, le retour du soleil pour pouvoir apporter l’abondance.

 

Combien de temps a pris l’élaboration de ce magnifique livre ? Il est très riche et détaillé.

À partir du moment où je commence à me documenter, je mets plus ou moins trois ans à chaque fois.

 

C’est énorme ! Mais il est tellement riche et complet. On voit que pour chaque esprit représenté, il y a ses caractéristiques, son étymologie. Vous donnez plusieurs informations notamment quand il y a différentes façons de nommer ces esprits. Comment les avez-vous définis car vous avez dû faire un choix ?

Pour ce livre-ci, c’était un peu moins compliqué que pour les précédents puisqu’on n’en a plus tant que ça. Il manque beaucoup de sources, il faut creuser assez profondément pour retrouver ces informations originelles. Il faut savoir que pour chaque portrait qui prend à peu près trois pages, ça représente entre 500 et 1000 pages à lire. À la fin, mon bureau ressemble à une salle des archives. C’est un condensé, mon intention n’est pas non plus d’en faire une thèse universitaire. Je donne une sorte de petits résumés, de petites portes ouvertes. Le lecteur intéressé pourra toujours trouver la bibliographie à la fin du livre pour aller plus loin. J’aime bien tisser des liens de livre en livre. Comment je les ai définis ? En prenant les plus connus et au fil des rencontres et des recherches, il y en a certains qui ont sursauté comme ça et que j’ai sélectionnés.

 

Et comment s’est passée la rencontre avec Frédérique Devos ?

C’est une rencontre magique comme toujours. Il y a sept ans environ, je célébrais l’anniversaire de mon blog https://peuple-feerique.com et j’avais demandé pour l’occasion que les lecteurs envoient un petit mot ou un dessin. J’ai reçu une illustration de Frédérique qui m’a vraiment touché. Je me suis dit qu’il fallait que je la contacte et savoir qui elle est. Nous nous sommes rencontrés – nous habitions à 50 kms l’un de l’autre – elle m’a raconté son histoire. C’est une femme qui vit parmi les fées. Elle est entourée de figurines de fées. Elle avait commencé à être illustratrice professionnelle pour la jeunesse, il y a quinze ans de cela, mais ça s’est mal passé et finalement elle avait renoncé à dessiner. Je lui ai dit que j’avais besoin d’elle. Ses illustrations sont différentes de ce que l’on voit habituellement. Il y a eu un bon travail d’échange entre nous. J’envoie toujours une description au début de mes recherches, de son côté, ça lui laissait le temps de travailler son dessin puis quand elle a reçu le texte complet, elle a retravaillé encore les détails. Il y a vraiment des petites choses, des transparences qui sont placées de façon consciente. Elle me renvoyait ensuite les dessins et on en discutait. Dans ce livre, au-delà de mes recherches, il y a aussi un gros travail au niveau des illustrations.

 

Découvrez la suite lundi prochain…

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté