PHOTO CORALIE CARDON

 

Richard Ely est un poète belge, ethnobotaniste, amoureux de la nature et du peuple qui la compose. Son dernier ouvrage « Le grand livre des Esprits de Noël » illustré par Frédérique Devos vient de paraître aux éditions Vega. Un cadeau à s’offrir ou à offrir !

http://www.editions-tredaniel.com/le-grand-livre-des-esprits-de-noel-p-7846.html

 

Pour découvrir l’univers de Richard Ely :

https://peuple-feerique.com

https://www.facebook.com/RichardEly.livres

 

Les « Rencontres lumineuses » de décembre sont consacrées à la féerie et aux esprits de Noël. Chaque lundi, vous découvrirez une partie de l’entretien de Richard Ely, que j’ai interviewé par téléphone. C’était très agréable de parler la même langue et mes amies les jolies fées toujours présentes et bienveillantes m’ont soufflé des informations sur les projets de Richard. Je lui en ai parlé comme si c’était déjà d’actualité. Une fois de plus, j’ai été surprise et émerveillée de cette connexion céleste.

 

 

Quand vous présentiez l’ouvrage et c’est ce que vous expliquez au début du livre, vous nommez cette période de sombre. Est-ce que ça ne serait pas aussi une interprétation de l’ego humain, qui lui a toujours ses peurs, ses doutes ?

Je ne sais pas si c’est de l’interprétation mais en tout cas c’est né de notre ressenti. Ce qui s’est passé et qui se passe moins aujourd’hui, pourquoi le début de l’année des anciens commençait en novembre, c’était parce que c’était l’arrêt des travaux dans les champs. Pendant l’été, on était en pleine activité, on travaillait, on remplissait nos greniers et puis la nature s’arrêtait. C’était le moment de repos, la nuit augmentait effectivement, ce qui créait chez l’homme une insécurité, un moment de stress. On est lié au soleil, ce besoin de chaleur, de lumière. La lumière chasse les ténèbres mais on avait peur de toutes ces créatures qui se tapissaient… Aujourd’hui avec l’électricité, on ne s’imagine pas une seconde ce que c’est une nuit noire, la noirceur de la nuit. C’est extraordinaire ! Noël est une fête des lumières.

 

Pour moi, Noël est vraiment associé à la lumière, à l’amour inconditionnel, à la féerie. Tout est possible.

C’est le moment pour respirer.

 

Croyez-vous à la vie après la vie ?

Oui j’y crois, j’espère en tout cas. On n’a quand même pas fait tout ça pour rien. Je ne pense pas que ça s’arrête complètement. La forme que la vie prend après la vie, j’avoue, je n’en ai aucune idée. J’ai lu énormément de choses. Franchement j’attends de voir, pas trop vite s’il vous plait. Je ne peux pas admettre qu’il n’y ait pas quelque chose, ce serait terrible. En même temps s’il n’y a rien, on ne le saura pas non plus.

 

Vous ressentez les esprits de la nature mais avez-vous déjà ressenti et eu des contacts avec des personnes décédées ?

Dans la tradition féerique, tout cela est mêlé. On croit à la visite du peuple des morts. Quelque part on y croit mais je n’ai jamais eu d’expérience avec des gens décédés. Mais je me doute que tout est question de filtre. Le mien s’oriente bien plus du côté des plantes, de la nature..

 

Enfant, vous attendiez la venue de Saint Nicolas plutôt que celle du Père Noël ?

Il visitait l’école chaque année. Ce grand monsieur tout en rouge lui aussi.

 

Ils se ressemblent. Mais Saint Nicolas est moins gros que notre Père Noël?

En réalité, c’est le même. Le Père Noël vient des Etats-Unis. Il y a été importé par les colons anglais amenant leur Father Christmas croisé avec le Saint Nicolas, Sinter Klaas des Néerlandais qui a donné Santa Klaus. Mais au fond, peu importe la forme qu’il va prendre dans nos traditions, l’essentiel est l’étincelle que l’on peut voir chez les petits et les grands.

 

Est-ce qu’à cette période-là – c’est un moment magique où tout est possible à mes yeux – vous faites des vœux même si j’ai bien compris que vous ressentez aussi beaucoup de tristesse ? Ou vous n’en avez pas besoin finalement ?

Non pas à Noël. Pour la nouvelle année, j’ai des résolutions. Je fais des vœux quand je voyage et que je me retrouve dans des régions où l’on trouve encore des aubépines, où des lieux où l’on peut laisser des messages aux fées. C’est plus ma tradition que des vœux à Noël. Le 1ermai est une grande fête pour la féerie où l’on a vraiment ce passage bénéfique vers les fées. C’est la saison lumineuse qui commence, on peut faire un vœu en attachant un ruban blanc à une aubépine. L’aubépine est l’arbre des fées par excellence. À la Noël, ce que je fais c’est de prendre soin de toutes les petites créatures qui vivent dans mon jardin aussi bien les oiseaux que nos amis les gnomes. C’est de leur retourner tout ce qu’ils m’ont donné toute l’année.

 

Pour terminer, si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

À tellement de choses. Tout nous indique qu’il faut changer nos habitudes. On ne peut plus ne pas agir et mettre sur nos trônes des gens qui vont tout détruire. La baguette magique servirait à transformer ce monde et à l’amener dans la bonne direction pour la sauvegarde de notre planète. Cette baguette servirait vraiment à éclairer une bonne partie de la population mondiale et à la réveiller.

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/richard-ely-1-4/

http://valeriemotte.com/richard-ely-2-4/

http://valeriemotte.com/richard-ely-3-4/

 

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn