Sylvie Retailleau est auteure, coach et conférencière. Après plus de vingt ans passés dans le monde de l’entreprise, c’est désormais à travers l’écriture, les conférences, les séminaires et le coaching qu’elle a choisi de guider les autres vers plus de conscience, de paix intérieure pour les inspirer à oser être Soi.

 

Pour découvrir son univers :

http://croireensesressources.com

 

Son roman initiatique « Virage – La fin d’une tourmente » est paru aux éditions Le courrier du livre. Cet ouvrage est une bouffée d’air frais. Il évoque toutes les ressources et les clés que nous possédons au plus profond de notre être. Ce livre a résonné en moi car j’essaie d’appliquer quotidiennement cette philosophie de vie et de la partager humblement aux personnes que j’accompagne. Il a les couleurs qu’apprécient mes amies les jolies fées.

 

À découvrir :

http://www.editions-tredaniel.com/virage-la-fin-dune-tourmente-p-8039.html

 

 

Sylvie Retailleau est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, je partagerai une partie de notre échange. Je la remercie de sa confiance et de son authenticité.

 

 

 

Pour vous, que signifie l’accompagnement ?

Je vois chaque accompagnement comme une co-création. Je veux dire par là que c’est une danse à deux. Et c’est pour cela que chaque accompagnement est si différent. Le coach n’est pas au- dessus du coaché. Il guide, il tient la main dans certains passages. Ce qui me plait au-delà de tout c’est de voir chez l’autre la transformation qu’il ne voit pas encore lui-même, et de pouvoir s’émerveiller aussi quand les changements ont lieu concrètement dans leur vie.

 

Est-ce un moyen de partager ?

Oui, complètement. J’aime cette idée de diffuser, de semer des graines et de voir que les personnes accompagnées, vont à leur tour éclairer d’autres personnes qu’elles croiseront sur leur route. C’est un peu comme une onde d’amour qui se propage en quelque sorte.

 

Comment se déroule une séance de coaching ? Que proposez-vous ?

Nous partons de ce qui se passe dans le présent de la personne, les émotions présentes, les habitudes mentales. Cela veut dire que le passé n’est que rarement évoqué. Par mes questionnements, je propose de nouvelles perceptions, des ouvertures sur de nouvelles options. J’invite à porter le regard sur ce qui n’était pas vu. Nous prenons le temps ensemble de respirer dans le corps, afin que les compréhensions ne soient pas mentales, mais viennent s’intégrer dans les cellules. Avant tout, j’insiste sur les notions de responsabilité et de choix.

 

Dans votre livre, Viviane détient finalement toutes les clés pour trouver les réponses qu’elle se pose mais Don Pedro la guide et l’aide à en prendre conscience. Il le fait avec beaucoup de délicatesse et de bienveillance. Est-ce important pour vous de laisser chacun avancer à son rythme ?

C’est essentiel. Au début de ma pratique, j’avais parfois cette envie que les personnes accompagnées changent vite. Aujourd’hui, je me rends compte qu’il s’agissait de ma propre impatience. Tout changement imposé au forceps, ne tient pas sur la durée. Chaque évolution est propre à chaque individu et a besoin d’être vécue pour être intégrée. D’ailleurs, avez-vous déjà remarqué, comme moi, que parfois vous relisez un livre des années après l’avoir lu la première fois et vous découvrez des notions, qui vous semblent complètement nouvelles, alors que vous auriez juré avoir mis en pratique l’ensemble des outils. Chaque nouveau pas vers Soi recèle toujours plus de profondeur.

 

Don Pedro apporte un éclairage très important quant au prétendu pouvoir de supériorité que pourraient avoir des coachs, des enseignants spirituels. Je partage sa vérité. Personne n’est ni supérieur ni inférieur à quiconque. Pourquoi avoir insisté sur ce point à plusieurs reprises ?

C’est effectivement primordial. Laisser l’autre croire que vous avez quelque chose qu’il n’a pas, ou quelque chose de plus, sert simplement à flatter l’égo, mais au final, l’empêche d’accéder lui-même à sa propre puissance. Nous provenons tous, sans aucune exception de la même Source infinie et illimitée. Chacun est un passeur, un enseignant, pour quelqu’un d’autre. Nous sommes tous des enseignants les uns pour les autres.

 

 

Découvrez la suite demain…

 

Retrouvez l’article précédent :

http://valeriemotte.com/sylvie-retailleau-1-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn