MENU

          

 

David Frecinaux est réalisateur, auteur, directeur artistique et animateur. Son film « L’entre deux vies » est disponible sur Inrees TV. Il a su vulgariser un sujet très profond et difficile à expliquer. 

 

Pour découvrir la bande annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=Y807cHYD_cw&t=9s

 

Les 10 premières minutes gratuites ici :

https://www.youtube.com/watch?v=VUjyMATvPHs&t=249s

 

et en entier (sur INREES TV, 14 jours d’essai gratuit), ici :

https://tv.inrees.com/video/entre-deux-vies-brian-weiss-reincarnation-au-dela-michael-newton

 

 

Pour découvrir son univers :

https://davidfrecinaux.com

 

 

David Frecinaux est mon invité des « Rencontres féeriques » de cette semaine. Chaque jour, découvrez une partie de son interview. Je le remercie de cet échange et de ce partage.

 

 

Bonjour David, peux-tu nous présenter ton film ? 

L’entre deux vies est mon nouveau film documentaire. Un film assez étonnant et différent de ce que l’on peut voir puisqu’il mélange fiction et documentaire. Il est basé sur les travaux des deux hypnothérapeutes américains Brian Weiss et Michael Newton, qui ont mis, au cours de leurs carrières, des milliers de personnes sous hypnose. Et chacune de ces personnes va livrer des témoignages concordants sur ce qu’il se passe dans nos précédentes incarnations, et ce moment qui me fascine : l’entre deux vies. C’est-à-dire ce que fait l’âme entre deux incarnations.

 

Comment as-tu eu cette idée ?

J’avais précédemment fait un autre documentaire sur Allan Kardec (« Allan Kardec, une vie avec les Esprits » – disponible sur INREES TV) notamment parce que le « livre des Esprits » qu’il avait écrit, avait beaucoup résonné en moi. J’aime beaucoup ce type de personnes, très cartésiennes, qui, à l’aube de leur cinquantaine, se retrouve confronté à des éléments sortants de leurs paradigmes. Et qu’elles décident d’étudier avec leurs rigueurs, tout en gardant l’esprit ouvert. Il en est de même avec « souvenirs de l’au-delà », le livre de Michael Newton. Les témoignages des personnes mises sous hypnose et décrivant cet entre-deux si intriguant – et au combien crucial puisque c’est là que nous poserions les bases et choix de notre prochaine incarnation – ont été comme des pièces de puzzle bouchant de nouveaux trous dans ma compréhension de ce qui m’entoure.

De là, j’ai voulu mettre en lumière ces travaux. Mais sous une forme la plus universelle possible. Donc, en m’inspirant des témoignages de ces milliers de personnes, j’ai créé le personnage de Lucie. Le film s’ouvre sur sa mort et se clôture sur son retour à la vie, passant les différentes étapes de cet entre-deux. Donc une fiction… mais documentaire puisque tous les éléments abordés dans le film sont issus d’un immense travail de synthèse des 30 années de recherches de Michael Newton et Brian Weiss.

 

Combien de temps as-tu mis pour l’écrire et le réaliser ?

Le synopsis du projet a été validé par Sébastien Lilli, directeur et cofondateur de l’Inrees, il y a un an. Ensuite s’est suivi des mois de recherches, de relectures et de notes. L’écriture s’est faite sur 15 jours, du matin au soir. 60 pages de scénario, développant les personnages, décrivant le fameux tunnel de lumière conté par tant de témoins, puis ensuite la grosse dizaine d’étapes par lesquelles passent toutes les âmes. 

Les voix ont toutes été enregistrées en amont (les personnages communiquent par la pensée et non avec leurs bouches). Puis, avec mon équipe de tournage, s’en est suivi quatre jours de tournage dans un studio parisien, où s’est succédée notre dizaine de comédiens. 400 plans à mettre « en boîte » en 4 jours, tout en respectant le texte, les émotions, les effets visuels (une partie a été réalisée à même le plateau de tournage). Et nous avons réussi, surtout car l’équipe était très ouverte à cette thématique, ce qui m’a fait gagner un temps précieux. Pas besoin d’expliquer la réincarnation quand un comédien l’a déjà intégré dans sa façon de vivre sa vie.

Le temps consacré au montage et aux effets spéciaux a été très très court. Là encore, grâce à mes fidèles collaborateurs, nous avons pu faire cette phase en moins de 8 semaines. Avec de magnifiques rencontres de personnes qui ont, par synchronicité, amener la touche définitive visuelle et sonore du film.

 

À qui s’adresse-t-il ?

Je pense qu’il s’adresse à beaucoup de monde. De par la thématique assez pointue (l’entre deux vies) on peut penser qu’il ne touchera que des personnes qui ont déjà fait de la spiritualité un champ d’étude. Mais au contraire, j’ai été touché par de très nombreux témoignages de personnes qui ne se posent pas toutes ces questions, et qui ont été marquées par le film. Quel plaisir d’avoir des retours de personnes, venues d’horizons très différents, me disant : « au début, on ne sait pas du tout où l’on va, puis on se laisse porter, happer par l’intrigue de l’histoire, et puis quand c’est fini, on éteint… et on réfléchit au monde qui nous entoure ». C’est bien là, la plus belle des récompenses.

J’ai eu aussi de très beaux retours de médiums, de thérapeutes, qui m’ont dit que ce que nous avions décrit dans le film – parce que c’était un sacré défi de réussir à mettre en images ces milliers de témoignages – correspondait complètement avec ce qu’ils avaient eu en canalisations ou lors de méditations.

 

 

Découvrez la suite demain…

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram