Jade Devaux est médium et exerce un peu partout à travers le monde depuis une trentaine d’années. Conférencière et enseignante en science ésotérique depuis plus de quinze ans, elle a créé le centre de formation et pôle thérapeutique « l’oeil de jade ». Son livre « Entre deux mondes » est paru aux éditions Exergue.

http://www.editions-tredaniel.com/entre-deux-mondes-p-8337.html

 

Pour découvrir son univers :

http://www.jadendmedium.fr

 

Jade Devaux est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de son interview. Nous avons échangé par mail et je la remercie de ses réponses sincères et de sa sensibilité.

 

 

Vous avez eu beaucoup de difficultés à accepter votre médiumnité alors qu’elle s’est manifestée très jeune. Pouvez-vous nous raconter ?

Oui j’ai surtout eu du mal à la faire accepter ! Lorsqu’on vit dans un petit village qui vous a vu grandir, et à qui vous annoncez un jour votre différence, c’est compliqué. Les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas ! Et puis le médium dans les années 70 était encore considéré comme un sorcier ou un illuminé. J’ai été accablée longtemps par les critiques, même à l’école. Rejetée, frappée, humiliée, toujours mise de côté ou traitée de folle, de menteuse. J’ai caché des années ces capacités tout en les développant discrètement et sans relâche. Une famille catholique est formatée dans ses propres croyances, un mari brutal, et une enfant handicapée ne m’ont pas aidée. J’ai développé beaucoup pendant les six années d’hôpital avec ma fille. Je voyais les enfants mourir les uns après les autres, dans un service de néonatalogie où les cas étaient plus graves les uns que les autres. Puis le temps passa et la maturité que j’avais gagnée dans ce milieu me fit prendre conscience que j’étais douée. J’ai pris confiance en moi. J’ai travaillé huit longues années, de mes 15  à 22 ans avant de toucher un client et de m’assumer totalement. J’estimais ne pas avoir droit à l’erreur ! On ne joue pas avec le malheur des gens. J’entendais clairement mes guides et me suis perfectionnée à l’écriture automatique. Elle est en quelque sorte ma marque de fabrique aujourd’hui, puisque je la pratique depuis 33 ans à hauteur de 8h par jour. Ensuite j’ai appris le corps humain, les maladies, les traitements, que ce soit en médecine traditionnelle ou douce. Mes guides m’ont enseigné pendant des années. Je recevais et grattais des cahiers entiers de savoir. Mes valises sont pleines de secrets célestes. Ils me conseillaient. J’ai appris beaucoup sur la vie humaine autant que sur celle d’après.  J’ai fait le choix de perdre le peu d’amis que j’avais et ma famille, puis je me suis installée après avoir essayé d’autres métiers, sans résonance aucune… J’ai fait mes preuves petit à petit en travaillant dur et en ne comptant pas les heures. J’avais espoir que les gens finiraient par comprendre que la médiumnité peut être merveilleuse et d’un grand secours…. Ce fut le cas, j’ai eu de la chance ! Aujourd’hui les gens me respectent et me font confiance. Ce fut un parcours du combattant mais je croyais en ce que je faisais et ce que j’étais et je crois que la bienveillance appelle la bienveillance. Il y a encore des personnes qui critiquent et c’est inévitable, on ne peut plaire à tout le monde. Toutefois La spiritualité et la médiumnité sont devenues une tendance, une mode qui peut être d’ailleurs mal utilisée ou comprise… mais je crois que le monde change malgré tout et intègre davantage cette différence et cette particularité commune à tous !

 

Comment se manifeste-t-elle aujourd’hui ?

J’ai gagné en expériences et ces 35 ans de travail m’ont permis d’aboutir à mon rêve… Celui d’initier les gens en leur donnant les moyens de se découvrir et de se reconnaitre. Ma médiumnité est fluide et les échanges avec les entités le sont aussi. Je n’ai jamais eu l’impression de parler avec l’au-delà. Le monde d’en haut est tellement imbriqué avec le nôtre, que pour moi, il n’existe qu’un monde, celui de la vie sous toutes ses formes ! Nous ne faisons qu’un ! David, Tao, et Marion sont présents et très actifs. Nous partageons tout. Les joies, les peines, le jour et la nuit. Je communique depuis plusieurs années avec Sainte Rita de Cascia qui est une pure merveille et pour qui j’ai beaucoup de tendresse. Je me sens privilégiée de les avoir et me réjouis de les présenter dès que c’est possible. J’en parle du reste dans mon premier livre. Je ne suis jamais seule ! Mes élèves communiquent aussi avec eux pendant les ateliers d’écriture, c’est un pur bonheur. Avec le temps, les ressentis sont devenus plus rapides et clairs et aujourd’hui il me suffit de serrer la main à une personne pour connaitre sa personnalité et ses épreuves. Cela me permet de savoir ce que je peux faire ou dire sans blesser mais en amenant suffisamment de prises de conscience pour répondre au problème. L’écriture automatique, elle, laisse une trace des consultations et des sujets abordés que le client emportera. La numérologie, les fleurs de Bach, les huiles essentielles, les oracles sont un support supplémentaire suivant les besoins et les demandes.

 

Vous mettez votre médiumnité au service des autres. Que proposez-vous ? Consultations à votre cabinet ? Par téléphone ? Nettoyage des lieux ?

Oui j’ai choisi de donner beaucoup de mon temps aux autres. C’est un métier d’amour et de joie si on l’exerce avec le cœur. Les gens me touchent par leur histoire, j’apprends avec eux. Nous grandissons ensemble. Depuis 30 ans j’accueille en consultation des personnes qui viennent de tous univers. Ils viennent de partout dans le monde. C’est un honneur de les recevoir, même si côtoyer la tristesse chaque jour est parfois lourd à gérer. Notamment ce qui concerne la maladie, le deuil des enfants ou le suicide. J’ai suivi le chemin dessiné par les guides. Il y a 18 ans bientôt, ils m’ont initiée à l’exorcisme, aux dégagements des personnes et des lieux. J’ai reçu directement les prières et méthodes nécessaires en apprenant à respecter toutes ces âmes en souffrance sans jugement mais avec compassion. Des moments de vrai combat parfois qui ne m’ont jamais effrayée car je me savais protégée. Une nécessité autant pour les vivants que pour ceux partis. Puis ensuite ils m’ont demandé de transmettre mes enseignements. J’ai mis en place les formations et les cours pour que chacun puisse aller chercher la vérité à la source. La mort de Marion m’a projetée un peu plus haut avec les livres écrits en totalité en écriture automatique avec elle et David ainsi que l’ouverture du pôle « l’œil de jade » sur le bassin d’Arcachon. Ce centre de formation est le premier sur l’Aquitaine à regrouper la thérapie et l’ésotérisme. Les gens viennent de très loin pour développer leurs capacités et découvrir l’univers invisible qui les entoure. Les formations ont lieu une fois par mois sur la journée et les ateliers sont plus réguliers. Je me déplace aujourd’hui sur toute la France pour aller à la rencontre des personnes qui ne peuvent se déplacer…

 

Que représente pour vous la mort ?

C’est une question intéressante ! La mort n’existe pas. Elle n’est qu’un changement d’état, une illusion ! Je n’ai jamais été aussi proche de ma fille que depuis son départ. Ils sont si près. Nos fausses croyances, nos formatages éducatifs ou religieux nous limitent et nous empêchent de voir au-delà du voile. La mort pour moi est représentative de la vraie vie. Celle qui est douce, heureuse, qui n’est que liberté ! Elle nous offre la réalisation de toute chose. Je pense que c’est ici que la mort existe le plus. Nous sommes morts en étant dans la douleur physique, la douleur morale, dans la peine, la honte, le chagrin, la colère et bien d’autres émotions négatives qui envahissent notre quotidien. Nous passons plus de temps à nous plaindre ou à accuser les autres, que de regarder objectivement les situations pour en tirer les leçons. La mort nous libère de beaucoup de choses et nous donne de nouvelles opportunités de recommencer différemment, de réussir ! Elle fait peur aux hommes alors que le ciel nous y prépare depuis le jour de notre naissance. Chaque chose qui vit se transforme à un moment donné. Rien ne dure ou ne reste. C’est pareil pour nous ! Nous continuons mais ailleurs et autrement.

Marion me rapporte régulièrement ses aventures de l’autre coté et je la jalouse parfois du bonheur qu’elle ressent. Je n’ai jamais rencontré de défunts sur les plans de lumière qui aient demandé à revenir. Ils sont joyeux, paisibles et comblés !

 

 

Découvrez la suite demain…

 

Retrouvez l’article précédent :

http://valeriemotte.com/jade-devaux-1-5/

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram