Jade Devaux est médium et exerce un peu partout à travers le monde depuis une trentaine d’années. Conférencière et enseignante en science ésotérique depuis plus de quinze ans, elle a créé le centre de formation et pôle thérapeutique « l’oeil de jade ». Son livre « Entre deux mondes » est paru aux éditions Exergue.

http://www.editions-tredaniel.com/entre-deux-mondes-p-8337.html

 

Pour découvrir son univers :

http://www.jadendmedium.fr

 

 

Jade Devaux est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Chaque jour de la semaine, vous découvrirez une partie de son interview. Nous avons échangé par mail et je la remercie de ses réponses sincères et de sa sensibilité.

 

 

 

Que diriez-vous à une personne qui ressentirait pour la première fois une présence et qui serait apeurée ?

Ça c’est une question qui revient souvent dans les cours ou les conférences. Nous attirons à nous ce que nous sommes. Nos émotions se reflètent dans notre champ aurique et attirons alors la même énergie que celle que nous dégageons. Plus vous serez en paix avec vous-même et plus vous serez dans la gentillesse, l’amour et la bienveillance et plus vous resterez sur des champs vibratoires élevés. Alors les entités basses ne pourront vous déranger. Pas facile de rester toujours dans cette positivité me direz-vous et c’est vrai… Mais le but n’est pas d’éviter ces énergies lourdes mais plutôt d’apprendre à les modifier, les transformer et les relativiser. En modifiant notre état d’esprit nous modifions notre énergie. Nos pensées sont maîtres. C’est un travail permanent. Les entités ne vous approcheront que si elles trouvent de quoi se nourrir et de quoi manipuler. Notre pouvoir mental reste alors notre meilleure protection. Nous les ressentons en général parce que l’ambiance change. Elle devient plus pesante. Nous sommes mal à l’aise, plus agressif, perturbé. Si nous ne leur laissons pas le pouvoir et que nous sortons de nos peurs alors elles ne pourront nous atteindre. Elles n’ont pas de prise sur votre joie et votre foi.

Et puis il y a les entités hautes, celles que je côtoie chaque jour. Elles sont douces, rassurantes et attendent nos demandes pour pouvoir agir. Elles sont à notre disposition. L’ambiance est agréable et nous nous sentons accompagnés, sécurisés. Je travaille avec toutes les entités depuis 40 ans bientôt et même pendant les dégagements je n’ai jamais éprouvé de peur. Cette inquiétude arrive toujours après le travail. Une fois fini, je réalise que cela était dangereux. Sur le moment je reste solide parce que je les écoute, les comprends et les respecte. Les entités basses sont uniquement dans la souffrance et méritent d’être aidées. C’est encore un problème contre lequel je me bats chaque jour. Les gens voient encore la médiumnité ou l’ésotérisme comme un danger. Les fantômes, les maisons hantées et les possessions ont construit les croyances de bien des gens et ce, depuis leurs enfances et des siècles d’histoires. C’est dramatique ! La médiumnité au contraire nous permet d’aller rencontrer ce qui existe de plus beau de l’autre côté. Les partages sont fantastiques. Plus nous nous éveillons et plus nous nous éloignons de ce qui est morbide et terrifiant. Les élèves, que je rencontre, me disent qu’ils ont peur de développer leurs capacités parce qu’ils savent qu’ils vont y voir des horreurs. Pourtant ils se surprennent en travaillant de ne rien approcher de tel. Ils réalisent leur divinité et retrouvent leur appartenance au monde de l’invisible, surpris des possibilités qu’elle présente.

Le meilleur conseil que je pourrais donc vous donner, ce serait de les aimer malgré tout et de vous rappeler que de l’autre côté chacun continue à son rythme. Peut-être un jour serez-vous à leur place ? Nous n’avançons pas tous de la même façon et nos blessures nous suivent même après notre départ. N’ayez pas peur, ignorez-les si vous ne vous sentez pas capable de les aider. Elles n’auront pas forcément de but à rester, et accompagnez-les si vous en avez les moyens. Mais ne leur donnez pas de quoi alimenter leurs peines. Amusez-vous, riez à pleines dents, aimez, dansez, changez votre énergie et ne focalisez pas dessus !!!

 

Comment choisit-on un bon médium ? Vous en avez rencontrés qui n’étaient pas très intègres apparemment.

À notre époque la médiumnité, le bien-être, les thérapies sont devenus une grande mode. Malheureusement il ne suffit pas de faire deux semaines de formation pour être un bon professionnel. Les métiers tels que ceux-là sont d’abord des métiers altruistes. Des métiers de dévouement qui nécessitent d’être dans le cœur, le respect et le non jugement, d’aimer, peu importe la race, religion ou le niveau social. Donner de l’espoir aux gens est une priorité. Le travail, l’expérience et la bonne foi sont indispensables. Le médium ne doit pas diriger ou contrôler la vie des gens mais juste leur donner la meilleure direction à suivre pour l’avenir en les laissant libre de leurs propres choix. Le monde va si mal aujourd’hui que ces métiers sont devenus le moyen de satisfaire l’ego et le porte-monnaie de nombreuses personnes en besoin de reconnaissance. Nous voyons régulièrement des énergéticiens faire des exorcismes et prendre des sommes exorbitantes, alors qu’ils ne sont pas aptes à pratiquer et n’ont aucune expérience en médiumnité. C’est impossible !  On voit aussi des personnes qui se découvrent des dons de voyance suite à deux, trois intuitions et qui s’installent pour des consultations en quelques jours, des masseurs faire des soins énergétiques et des thérapeutes proposer des soins de l’âme. L’âme a-t-elle besoin d’être soignée ? Elle si pure et si parfaite ! j’ai personnellement rencontré de nombreux élèves qui après avoir pris quelques cours d’écriture automatique allaient enseigner dans des groupes et prenaient bien plus cher que moi en dix-huit ans de métier. Finalement rien n’était abouti et aucune sécurité n’était offerte aux élèves. Les dégâts furent grands pour certains.

Il faut beaucoup de travail pour développer ses aptitudes et même si nous en sommes tous capables, le chemin est long pour pouvoir donner le meilleur aux personnes en difficultés. Travailler déjà sur soi sera la première étape et on sait que ça prend du temps. Apprendre du monde invisible est la deuxième. Il renferme de nombreux secrets qui restent dangereux s’ils sont mal utilisés que ce soit pour le praticien comme pour son client… Pour finir, l’humilité nous permet de rester accessible, humain, sensible et simple. Je me remets en question tous les jours sur la façon dont j’ai géré mes consultations et les personnes que j’ai reçues. Elles sont tellement importantes que je m’applique à leurs donner le meilleur toujours en accord avec mes valeurs et mes possibilités. Je n’ai malheureusement pas toutes les réponses et c’est pour cela que les guides me sont indispensables !

Attention faites preuves de discernement ! N’écoutez pas tout ce qu’on vous dit ! faites ce en quoi vous croyez, ce qui vous semble juste et honnête et qui résonne en vous !

 

Vous parlez de jalousie dans votre livre, comment s’en protéger ?

Je ne crois pas qu’on puisse se protéger de la jalousie des gens. S’en détacher me semble plus facile. Il est impossible de plaire ou de satisfaire tout le monde et rien n’empêchera le monde de parler. La réussite a toujours dérangé, que ce soit au niveau des clients ou des confrères. Dans mon métier les vieilles croyances et la religion amènent beaucoup de jugements. Il ne faut pas trop réussir. Le médium doit aider et secourir sans relâche, sans retour. Se faire rémunérer, vivre à l’aise, être bien habillé et hop vous serez un charlatan ou un manipulateur. Si vous êtes malade alors ce sera des insultes, si vous n’avez pas trouvé de solutions vous serez incompétent, même votre cv ne devra pas être trop important ou il sera suspect. Malheureusement le fait d’être médiatisé n’arrange pas les choses. Pour ma part, aujourd’hui j’ai plusieurs activités en cours. Comme un ouvrier qui restera dans la même société pendant 35 ans et qui se perfectionnera en faisant des formations pour évoluer de poste en poste. J’ai la chance d’être reconnue depuis plusieurs années pour mon travail mais mes confrères n’ont pas tous la même facilité.  Ce milieu est dur et intransigeant.  Les consultations, les cours, les livres et les dégagements me prennent énormément de temps. Du temps que je consacre davantage aux clients qu’à ma famille. Le jour, la nuit, les week-ends, jours fériés, les gens appellent, insistent, pleurent. C’est le jeu, mais c’est parfois usant et les mois sont trop courts pour recevoir toutes les demandes. Il est important de rester centré et en accord avec ce que nous sommes, d’assumer nos choix. Je fais ce métier par passion et je lie de véritables amitiés avec mes clients. Ils arrivent en vouvoyant et repartent en m’embrassant. Ils font des kilomètres pour 1h de rencontre et ramènent leurs familles, amis et voisins, collègues. Ils viennent dans une véritable ouverture du cœur pour la plupart et me gâtent de cadeaux, de gratitude, de merveilleux messages. Ça vaut toutes les critiques du monde. Ce sont des moments privilégiés et plein de partage de connaissances et de tendresse. Je rentre dans la vie et l’intimité des gens et reçois à mon tour toute leur confiance, leurs confidences, leurs secrets…

 

 

Découvrez la dernière partie demain…

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/jade-devaux-1-5/

http://valeriemotte.com/jade-devaux-2eme-livre-2-5/

http://valeriemotte.com/jade-devaux-2eme-livre-3-5/

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram