MENU

         

 

Marie-Christine Delhaye est énergéticienne, sophro-relaxologue et coach. Spécialiste de la lecture des Archives Akashiques, elle est l’auteure du livre Au cœur des archives akashiques aux éditions Hachette et donne régulièrement des conférences sur ce sujet.

 

https://www.lelotusetlelephant.com/produit/14/9782019455316/au-coeur-des-archives-akashiques

 

 

Pour découvrir son univers :

https://www.reliance-coeur.com

 

 

Les Rencontres lumineuses de janvier sont consacrées aux archives akashiques. Marie-Christine Delhaye est mon invitée. Chaque lundi vous découvrirez une partie de son entretien. Je la remercie de ce moment de partage.

 

 

Comment peut-on accéder à ces archives akashiques ?

L’accès aux archives akashiques peut se faire spontanément en rêve, en méditation, lors d’un voyage chamanique dans le monde d’en haut (le monde des esprits guides), durant une expérience de mort imminente/provisoire (EMI/ EMP) ou encore en hypnose.

Tous ces états correspondent à des états modifiés ou élargis de conscience naturels durant lesquels nos ondes cérébrales ralentissent. Il est ainsi parfois possible d’accéder à des informations auxquelles nous n’avons habituellement pas accès en état de conscience ordinaire, l’état de veille du quotidien. Ces informations proviennent d’autres plans de conscience ou niveaux vibratoires. Mais ce n’est pas parce que nous méditons ou effectuons un voyage chamanique que nous avons nécessairement accès au plan vibratoire des archives akashiques !

Vu différemment, ce n’est pas parce que vous disposez d’une radio que vous allez nécessairement capter toutes les fréquences auxquelles elle donne accès. Il faut avant tout régler la radio sur la fréquence souhaitée. Le processus est le même pour l’accès aux archives akashiques. Il est nécessaire de s’ajuster à leur fréquence vibratoire, notamment en se centrant dans l’espace du cœur, porte d’accès à l’âme. Personnellement, j’y accède par l’intermédiaire d’une prière qui sert de clé vibratoire.

 

À quel rythme ?

Il n’y a pas de règle. Pour autant, consulter ou lire les archives akashiques ne doit pas créer une dépendance ni devenir une béquille sans laquelle aucune décision n’est prise. La fréquence dépend du motif de consultation et de l’investissement personnel dans la mise en place des changements suggérés. Tout dépend de l’intention avec laquelle on cherche à les consulter. C’est l’intention qui guide la décision d’effectuer une séance.

 

Doit-on être accompagné ou guidé lors d’une séance ou peut-on les expérimenter seul ?

Tout le monde peut accéder à cet espace sacré. Cependant, tout le monde n’y accède pas et toutes les personnes qui vivent des états modifiés de conscience ne sont pas nécessairement branchées sur ce plan vibratoire, car il en existe beaucoup d’autres. Certains vont communiquer avec les défunts, d’autres avec les esprits de la nature, les anges ou les archanges. Nous sommes entourés de différentes « stations radios » que nous pouvons ou non capter, en fonction de notre capacité à nous ajuster sur la fréquence concernée. Il peut être intéressant la première fois de consulter un praticien la difficulté étant de faire taire son mental et de parvenir à distinguer l’information provenant des archives akashiques de celle du mental. C’est en cela que l’accès n’est pas aisé pour tout le monde.

 

 

Découvrez la suite lundi prochain…

 

Retrouvez l’article précédent :

https://valeriemotte.com/marie-christine-delhaye-au-coeur-des-archives-akashiques/

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram