MENU

           

                                       crédit photo : Lorène Creuzot

 

 

Grâce à la numérologie, Céline Colle, bloggueuse accompagne les autres sur le chemin de la connaissance de soi et les aide à révéler leur plein potentiel.

Son premier roman « Toutes ces vies où nous nous sommes aimés » est paru aux éditions Jouvence.

https://editions-jouvence.com/livre/toutes-ces-vies-ou-nous-nous-sommes-aimes/

 

Pour découvrir son univers :

www.beattitudes.fr

 

 

Céline Colle est mon invitée des « Rencontres féeriques » de cette semaine. Chaque jour, découvrez une partie de son interview. Je la remercie de cet échange et de ce partage.

 

 

Etes-vous déjà remontée dans vos vies antérieures ? Si oui, qu’est-ce que ça vous a apporté ?

Il se peut que j’aie retrouvé une de mes vies antérieures même si je ne peux en avoir la certitude mais il y a eu une suite de synchronicités troublantes. J’ai d’abord fait un rêve éveillé dans lequel je me suis vue emmurée, attachée sur une planche de bois, enceinte et vêtue d’une sorte de toge blanche qu’on portait dans l’Antiquité grecque et romaine.
Quelques semaines ou mois plus tard, une thérapeute possédant des dons médiumniques m’a dit qu’elle me voyait dans une autre vie, que j’étais une prêtresse habillée de blanc. Cela m’a troublée car cela ressemblait étrangement à mon rêve éveillé. Alors j’ai fait des recherches pour savoir quelles prêtresses étaient ainsi vêtues et j’ai trouvé : il s’agissait des vestales, gardiennes du feu sacré et du temple de la déesse Vesta. Et ce qui est troublant c’est que j’ai rencontré le père de ma fille et attendu mon premier enfant à l’âge de 36 ans, l’âge auquel les Vestales étaient autorisées à se défaire de leur vœu de chasteté, quitter le temple et fonder leur famille. Comme si, par loyauté envers cette Vestale que j’avais été, j’avais attendu l’âge légal, sans braver les interdits. Cette expérience ne m’a rien apporté de particulier dans cette existence présente, si ce n’est qu’elle m’a inspiré l’histoire d’Emilia et Caïus dans le roman. 

 

Qu’est-ce qui vous passionne dans cette quête du passé ?

Quand on est un scorpion, on se passionne souvent naturellement pour les choses étranges, les mystères de l’Univers, le sens de la Vie et de la Mort, les profondeurs de la psyché et donc fatalement pour les synchronicités, la réincarnation, les mémoires karmiques, prénatales et les bagages transgénérationnels. Ma quête principale est de comprendre comment nous fonctionnons, (d’essayer tout du moins), de guérir ce qui doit l’être, d’avancer sur le bon chemin en me rapprochant un peu plus chaque jour des aspirations de mon âme et non de mon ego. C’est l’aventure d’une vie mais j’aimerais repartir de l’autre côté, nettoyée de beaucoup de choses, en harmonie avec mon âme afin que le passage se fasse paisiblement et que la prochaine incarnation (s’il doit y en avoir une) soit la plus douce possible. 

 

Comment se servir de ces informations passées pour mieux vivre le présent ?

Si on a la chance d’y avoir accès, je dirais que ces informations doivent avant tout servir à accepter ce qui est dans cette vie présente, que rien n’arrive par hasard, que toutes les rencontres sont des rendez-vous et que tous les événements de notre vie ont un sens. La plupart du temps, les choses sont là pour nous apprendre à nous aimer et à être vrai.

 

Si vous deviez choisir une chanson qui définisse le destin… Pourquoi ?

Je choisirais Iris de U2 que je cite dans mon roman et qui dit à un moment :
Une fois nés, nous commençons à oublier
La vraie raison pour laquelle nous sommes venus
Mais toi
Je suis sûr que je t’ai rencontrée
Longtemps avant la nuit où les étoiles sont venues
Nous nous sommes rencontrés de nouveau

Elle est magnifique et résume parfaitement cette sensation que nous avons lorsque nous reconnaissons une âme et l’idée que la revoir était notre destin, même si ces retrouvailles s’avèrent intenses et douloureuses. 

 

 

 

Découvrez la suite demain…

 

Retrouvez l’article précédent :

http://valeriemotte.com/celine-colle-toutes-ces-vies-ou-nous-nous-sommes-aimes-1-5/

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté

RSS
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram