Portrait d'Elina Vorger                                     Couv de Et si j'étais plus

 

ELINA VORGER est thérapeute et auteure. Ancienne championne de ski, elle quitte tout pour un voyage initiatique à l’autre bout du monde. À son retour elle change de vie pour accompagner les personnes en quête d’éveil. Son livre Et si j’étais plus vient de paraître aux éditions Jouvence. Ce bel ouvrage vous livre des clés pour mieux vous connaître.

 

https://www.etsijetaisplus.com/

 

Découvrez son univers :

https://www.elinavorger.com

 

Cette semaine, Elina Vorger est mon invitée des « Rencontres féeriques ». Nous avons échangé par téléphone et par mail. Je la remercie de sa confiance et de sa disponibilité. Nous nous sommes probablement déjà rencontrées dans une autre vie tant nos énergies vibrent aux mêmes sonorités. Chaque jour, je partagerai avec vous une partie de son interview.

 

 

J’ai cru comprendre que la méditation était intégrée à ton quotidien. Est-ce un moyen pour toi de te reconnecter, d’écouter ton âme, de te poser dans l’instant présent ?

Oui c’est exactement cela : je dirai même plus, la méditation est le moment où je peux enfin rentrer à la maison. Me reconnecter à mon corps, à mon souffle, quitter enfin cette lourde carapace du quotidien pour retrouver mon monde intérieur, si léger, beau et coloré…

La méditation est un peu mon bateau pour quitter la tempête de mes émotions, de mes ressentis (souvent très extrêmes, car je suis hyper sensible et hyper réceptive… c’est ma malédiction, mais en même temps, je l’ai appris au cours des années… c’est mon plus beau don.)

Je crois en réalité, que sans méditation, je n’aurais pas survécu à ce monde (rires) ! Elle m’a permis de me trouver, de m’accepter, d’apprendre à m’aimer, à me respecter, à me valoriser aussi.

Je médite plusieurs fois par jour, dans la nature si possible, ou chaque soir, dans mon lit. La méditation est pour moi la main tendue de dieu. Et je l’attrape dès que je peux !

 

Comment définirais-tu l’âme ?

L’âme est pour moi, cette partie de nous en lien avec l’infini.

Nous possédons tous un corps mortel, merveilleuse matrice physique pour vivre dans le monde mais tellement éphémère ! Heureusement nous possédons une âme en nous, qui vit éternellement.

Prendre conscience de cette éternité en nous, c’est dépasser l’angoisse de notre propre disparition car à la fin, ce n’est qu’un corps qui s’achèvera… Notre être profond, lui durera toujours.

 

Tu as retrouvé ton âme sœur ici ? Peux-tu nous raconter vos retrouvailles ? Qu’as-tu ressenti ? Lui aussi était troublé, c’est ça ?

C’est là encore quelque chose qui nous a tous deux dépassés… Ça nous est littéralement « tombé » dessus.

Le jour où je l’ai rencontré, j’ai été comme aimantée vers lui, comme si je n’avais pas le choix, tu vois ? Lorsque je raconte cette histoire, je dis toujours que je me suis vue de l’extérieur, aller vers cet homme que je ne connaissais pas, poser ma main sur son épaule et lui dire : « Ne t’inquiète pas, je vais te guérir  » !

Scène totalement insensée quand on y pense, ne connaissant pas du tout cet homme, et ne me sentant pas « consciemment » attirée par lui. C’est donc un peu comme si mon inconscient avait pris le relais, m’avait éjectée de moi-même un instant, pour faire arriver cette rencontre impossible.

Mais le plus fou, c’est qu’à l’instant où j’ai posé ma main sur son épaule, nous avons tous les deux reçu un gros choc électrique, comme lorsque l’on pose sa main sur un fil électrisé par exemple. Et en un instant, j’étais de retour dans mon corps avec cet homme qui venait de retirer violemment ma main de son épaule et me regardait avec colère.

Il a bien fallu m’expliquer alors, et les mots sont là encore sortis tout seuls : « je vois que tu as été blessé là. Je peux réparer cette blessure ». Effectivement, je voyais comme un gros nuage noir sur l’épaule de cet homme, et je savais que je pouvais lui retirer.

L’homme abasourdi a ouvert sa chemise, dévoilant une immense cicatrice dûe à un violent accident de moto. Il a continué : « Comment sais-tu cela, tu es une sorcière ou quoi ? »

Maintenant nous en rigolons tous deux car oui, j’en étais à mes balbutiements de guérisseuse, et lui me pensait vraiment timbrée… jusqu’à ce que nous nous retrouvions le soir même, et que les yeux dans les yeux, tout nous revienne.

Nous avons vu soudain des dizaines, des centaines de visages défiler sur le visage de l’autre, toutes ces incarnations où nous étions liés, comme deux moitiés, comme deux âmes sœurs enfin retrouvées.

Depuis, il ne m’a plus jamais traitée de folle ! Je crois qu’il est même très fier du chemin que j’ai osé parcourir, oser sortir de ma tanière pour montrer enfin la voie aux autres.

Et tout cela n’aurait jamais été possible sans lui. Car il a toujours été là, car il ne m’a jamais lâché la main. Même dans les passages délicats, même dans nos enfers, toujours, nous sommes restés unis.

 

Que représente l’Amour pour toi ?

L’amour se résume en une unique phrase, notre phrase : plus que des mots, un véritable pacte entre nos âmes :

« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. »

C’est un passage de la bible qui a particulièrement inspiré notre chemin commun et qui résume très bien les épreuves par lesquelles nous sommes passés et cet amour qui ne cessera jamais…

 

Je partage ton point de vue sur le fait que les liens de l’amour ne se brisent jamais.

Oui le vrai amour, les vraies relations d’âmes ne se brisent jamais. Finalement, nous sommes tous comme les différents fils colorés de la même étoffe pris un par un, chaque fil semble un peu absurde pourtant enlacés, conjugués, tous ces fils de lumière révèlent tous ensemble la magie de la tapisserie de la vie.

 

Découvrez la suite demain…

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté