Maxime Guény est journaliste médias et chroniqueur dans l’émission « Touche pas à mon poste » sur C8. Vous pouvez le retrouver le soir de 19h10 à 21h10 aux côtés de Cyril Hanouna et de toute son équipe.

 

Pour suivre l’actualité de Maxime :

 

Instagram & Twitter : @MaximeGueny

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/maximegueny.

 

Cette semaine, Maxime Guény sera l’invité des « Rencontres féeriques ». Nous avons échangé par téléphone et je le remercie de sa disponibilité, de sa franchise et de son sourire. Chaque jour, vous découvrirez une partie de son interview.

 

On parle beaucoup du bonheur. Quelle est votre définition de celui-ci ?

Le bonheur est au quotidien, il est lié à l’instant présent. C’est notre entretien, c’est un petit bonheur, il y a de la découverte, du partage. Le bonheur c’est mon petit déjeuner, c’est de retrouver ma famille… C’est lié au bien-être.

 

À vos yeux c’est la saveur de la vie.

C’est ça, les petites choses, une petite fleur, un petit resto.

 

Ça nous ramène à l’émerveillement, à ce que vous disiez au début de cet entretien.

En s’émerveillant, on monte aussi en fréquence. On oublie que nous sommes entourés de vibrations. Je dis souvent à mes amis de faire des compliments aux gens autour d’eux. Ils vont ressentir cette fréquence augmenter et se sentir mieux.

 

Si vous aviez une recette du bonheur à partager…

Chaque matin et chaque soir, respirez pendant trois minutes en conscience. Levez-vous, prenez le temps de mettre un peu de musique, celle que vous préférez, dansez, faites-vous plaisir. L’énergie positive va revenir naturellement et surtout faites ce que vous aimez. Dès lors qu’il y a un blocage, une gêne, un malaise, pivotez vers la chose qui vous fait le plus kiffer. Amusez-vous la vie est trop courte pour se prendre la tête.

 

Nous arrivons à la partie féerique de cet entretien. Mes amies les petites fées ont un message à vous transmettre. Acceptez-vous ?

Bien entendu, avec plaisir.

 

Je vais vous demander de choisir un chiffre entre 1 et 12.

Le 5.

                        

 

Copyright : Illustrations Laure Phelipon/éditions Jouvence – Coffret Conseils de fées et potions magiques de Valérie Motté

 

 

Ça résume bien ce que nous disions.

En étant détaché des choses, en faisant de son mieux, on n’est jamais aussi bien.

J’ai une émotivité à fleur de peau parfois et en se détachant d’une situation émotionnellement, les choses se passent comme une lettre à la poste.

 

Si vous aviez une baguette magique, à quoi vous servirait-elle ?

Elle me servirait essentiellement à faire du bien autour de moi et à faire prendre conscience qu’il n’y a pas de problèmes, qu’il n’y a que des solutions et puis quand il n’y a pas de solutions c’est qu’il n’y a pas de problèmes.

 

Je vous remercie beaucoup de votre franchise et de votre sincérité. La gratitude est-elle importante dans votre quotidien ?

Oui bien sûr.

 

Etes-vous pudique ?

Non je l’exprime facilement. J’ose dire « Merci »  « Merci » « Merci ». Je dis « Merci » mille fois par jour pour tout ce qui m’arrive. Qu’est-ce qu’on se sent bien après ! Il y a une sorte d’apaisement quand on remercie avec le sourire. Même quand quelqu’un peut m’énerver, je dis souvent dans ma tête « que cela soit ! » et j’utilise une formule d’ho’oponopono « désolé, pardon, merci, je t’aime » et cela m’apaise. Comme je lui envoie aussi une intention, peut-être que cette personne s’apaise aussi. Généralement ça se passe de cette manière.

J’ai beaucoup de gratitude envers les personnes que je peux interviewer et croiser au quotidien. Elles m’apportent beaucoup, je me nourris de tous nos échanges. Depuis quelques années, j’ai changé complètement mon vocabulaire, je n’emploie plus du tout les mots qui sont négatifs. Les fameux « il n’y a pas de problème, pas de souci », ça vous angoisse et ça envoie un message au subconscient. J’essaie de dire « tout va très bien, c’est parfait, ça roule ». Les maux du corps sont les maux de l’esprit.

 

Notre corps est un véhicule qui sait très bien nous adresser des messages. Le mal a dit.

Le stress, les émotions s’expriment. Le livre de Jacques Martel « le grand dictionnaire des malaises et des maladies » est fabuleux.

 

Quand on prend conscience de tout ça, même pour un petit bobo, ça libère et c’est tellement juste !

On a vraiment tous les ressources en nous pour aller mieux et guérir. Parfois une aide extérieure est nécessaire.

Vous avez dit guérir et non soigner. Soigner c’est nier son soi alors que guérir est sur une toute autre vibration.

 

La vie est incroyable ! Comme vous disiez, on s’enrichit les uns des autres. La vie c’est le partage. Merci !

 

 

 

 

 

 

 

Inscription à la newsletter




Merci de compléter toutes les mentions obligatoires

Valérie Motté

"AVEC NOS PENSÉES NOUS CRÉONS LE MONDE" BOUDDHA

Copyright : Valérie Motté